La «conférence de méthode» a réuni les partenaires sociaux le 5 juin 2012 à Matignon
La «conférence de méthode» a réuni les partenaires sociaux le 5 juin 2012 à Matignon - WITT/SIPA

C.P. avec agences

On en sait beaucoup plus depuis mardi soir sur le déroulement de la «conférence sociale» promise par le nouveau chef de l’Etat et son gouvernement.

Côté calendrier, les rencontres auront lieu les 9 et 10 juillet prochains, soit exactement dans le timing annoncé.

Pour le lieu, en revanche, petit changement: les discussions ne se tiendront pas à l’Elysée comme initialement prévu mais au palais d’Iéna, siège du Conseil économique social et environnemental. Un symbole de rupture avec les méthodes du précédent gouvernement.

C’est François Hollande qui ouvrira les travaux qui ne réuniront dans un premier temps que les organisations dites «représentatives» (CGT, CFDT, CGC et CTFC, pour les organisations syndicales et Medef, CGPME et UPA pour les organisations patronales) avant d’être rejointes par les autres organisations (FSU, Unsa, Solidaires).

Priorité à l’emploi

Concernant les thématiques abordées, pas de surprise: sept tables rondes seront organisées à partir du 9 juillet après-midi, dont trois consacrées à l'emploi.

Le ministre du Travail Michel Sapin coordonnera les discussions sur l'emploi des jeunes, les questions du «contrat de génération» et des «emplois d'avenir» proposés par François Hollande pendant la campagne présidentielle, le marché du travail et les licenciements.

Une autre table ronde sera consacrée à la formation: développement et acquisition des compétences, formation professionnelle et tout au long de la vie, question du compte individuel de formation.

Une troisième réunion sera dédiée à la thématique des rémunérations sous la houlette du ministre de l’Economie Pierre Moscovici: question du pouvoir d'achat, du salaire minimum et de son indexation (le «coup de pouce» aura été annoncé avant), négociations sur les minima salariaux par branches professionnelles, les bas salaires et les heures supplémentaires, de l'intéressement, de la participation, de la rémunération des dirigeants d'entreprise.

Redressement productif et retraites

Arnaud Montebourg pilotera la table ronde sur le redressement de l’appareil productif français, avec les mesures «offensives» de sauvegarde et de développement de l'industrie.

La ministre des Droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem, animera les discussions sur l’égalité professionnelle hommes-femmes avec au cœur des préoccupations l’égalité salariale et les questions touchant à la qualité de vie au travail et à l'organisation du travail.

«Retraites et financement de la protection sociale» feront l’objet d’une table ronde pilotée par la ministre des Affaires sociales, Marisol Touraine, tandis que la ministre de la Réforme de l'Etat, de la Décentralisation et de la Fonction publique, Marylise Lebranchu traitera des questions des services publics et de la fonction publique.

Un point de départ

Ces discussions thématiques doivent permettre aux partenaires sociaux de préciser l’agenda social des prochains mois: contour des sujets, calendrier, méthode et objectif des négociations, tout sera passé au crible pour lancer les grands chantiers des réformes sociales.

«La grande conférence, c'est le début d'un processus», a souligné Michel Sapin, en rendant compte des travaux de la réunion. «Tout commence en termes de discussions concrètes, de négociations, lorsque les partenaires sociaux se seront emparés eux-mêmes des sujets, tout commence en termes aussi de propositions de la part du gouvernement», a-t-il ajouté.