La compagnie aérienne allemande Lufthansa, soucieuse de limiter son endettement, prévoit la cession de sa filiale de catering LSG Sky Chefs, rapporte lundi le Financial Times Deutschland, ce qu'un porte-parole du groupe a toutefois qualifié de "spéculation".
La compagnie aérienne allemande Lufthansa, soucieuse de limiter son endettement, prévoit la cession de sa filiale de catering LSG Sky Chefs, rapporte lundi le Financial Times Deutschland, ce qu'un porte-parole du groupe a toutefois qualifié de "spéculation". - John Macdougall afp.com

© 2012 AFP

La compagnie aérienne allemande Lufthansa, soucieuse de limiter son endettement, prévoit la cession de sa filiale de catering LSG Sky Chefs, rapporte lundi le Financial Times Deutschland.

Lufthansa envisage de vendre jusqu'à 49% de sa filiale d'ici l'an prochain au plus tard, de préférence à un spécialiste des services de restauration qui n'est pas encore présent dans l'industrie aérienne, et d'avoir une option de vente sur les parts restantes, selon des informations du journal.

"Nous devrons être prêts à prendre certaines mesures concernant le portefeuille" a déclaré le patron de Lufthansa, Christoph Franz, au FTD, ajoutant que LSG Sky Chefs, tout comme la division de services informatiques de son groupe, étaient éloignées de son coeur de métier.

LSG Sky Chefs est une unité rentable qui emploie près de 30.000 personnes dans le monde et qui a réalisé l'an passé un chiffre d'affaires de 2,3 milliards d'euros. Plus petite, la division de services informatiques du groupe a réalisé un chiffre d'affaires de 600 millions d'euros.

Lufthansa veut remplacer 160 de ses avions dans les prochaines années, ce qui représente un investissement de 20 milliards d'euros, alors que la conjoncture est actuellement difficile pour le groupe comme pour l'ensemble du secteur.

Pour faire des économies le groupe a par conséquent déjà annoncé début mai la suppression de 3.500 postes dans son administration. Mais cela ne suffit pas pour faire face aux investissements nécessaires dans le renouvellement de sa flotte sans faire monter en flèche son endettement, selon le FTD.