Eurobonds: Schäuble réitère son opposition avant le sommet de l'UE

0 contributions
Publié le 23 mai 2012.

EUROPE - L'Allemagne refuse de faire évoluer sa position face aux propositions françaises...

Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, a réaffirmé son opposition aux euro-obligations, dans une interview à la radio locale allemande NDR, diffusée mercredi quelques heures avant le sommet européen consacré à la croissance.

«Tant qu'un pays mène sa propre politique budgétaire, il est exclu de mettre en commun la garantie pour les obligations», a-t-il dit, estimant que cela n'inciterait pas à la discipline.

Le ton monte face à l'insistance de la France

Le nouveau président français, François «Hollande, veut discuter des 'eurobonds'il vient d'être élu (...). Naturellement, nous allons en discuter, si le président français veut en discuter», a-t-il déclaré, tout en laissant entendre que l'Allemagne n'évoluerait pas sur sa position.

Les chefs d'Etat et de gouvernement européens se retrouvent dans la soirée à Bruxelles pour un sommet informel.

Berlin non seulement ne bouge pas d'un pouce dans son opposition aux euro-obligations, mais a même haussé le ton ces derniers jours face à l'insistance de la France, dont le mot d'ordre est de «tout mettre sur la table».

Le rejet des euro-obligations est «notre position ferme et cela le sera aussi en juin», lors d'un sommet formel cette fois, censé prendre des mesures pour la croissance, martelait mardi une source haut placée du gouvernement allemand.

Dans un entretien lundi soir à l'AFP, le nouveau ministre français des Finances, Pierre Moscovici, reconnaissait qu'il existait encore, pour l'instant, un «désaccord majeur» avec l'Allemagne sur l'émission de titres mutualisant une part des dettes des Etats européens.

Dans son entretien à NDR, M. Schäuble a également vanté les réformes structurelles mises en oeuvre ces dernières années, qui ont rendu l'Allemagne plus compétitive. «Les recettes qui fonctionnent chez nous doivent être appliquées dans les autres pays», a-t-il dit.

La présidence de l'Eurogroupe en questions

Questionné pour savoir s'il voulait prendre la succession de Jean-Claude Juncker à la tête du groupe des ministres des Finances de la zone euro (Eurogroupe), M. Schäuble a refusé de se prononcer précisément. Il s'est toutefois dit opposé à l'idée d'exercer uniquement cette fonction, sans qu'elle soit couplée avec celle de ministre des Finances.

«Ce serait totalement mauvais d'avoir une présidence exclusive de l'Eurogroupe», a-t-il dit.

L'actuel président de l'Eurogroupe, Jean-Claude Juncker, est également Premier Ministre du Luxembourg. Pendant longtemps il a toutefois exercé également la fonction de ministre des Finances du Luxembourg en même temps et trouvait la charge de travail excessive.

© 2012 AFP
publicité
publicité
publicité
publicité
Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr