Tous les pays ayant signé le pacte budgétaire doivent respecter cet accord, a déclaré mercredi la chancelière allemande Angela Merkel, semblant s'adresser à la France et la Grèce, lors d'une conférence de presse à Berlin
Tous les pays ayant signé le pacte budgétaire doivent respecter cet accord, a déclaré mercredi la chancelière allemande Angela Merkel, semblant s'adresser à la France et la Grèce, lors d'une conférence de presse à Berlin - Odd Andersen afp.com

© 2012 AFP

Tous les pays ayant signé le pacte budgétaire doivent respecter cet accord, a déclaré mercredi la chancelière allemande Angela Merkel lors d'une conférence de presse à Berlin.

«Chacun doit s'en tenir à ce que nous avons décidé. Vingt-cinq pays ont signé le pacte budgétaire», a déclaré Angela Merkel, qui a félicité la Grèce, le Portugal et la Slovénie pour avoir déjà ratifié ce traité de discipline budgétaire. Elle a rappelé que l'Irlande devait se prononcer par référendum sur ce traité fin mai.

«La croissance et des finances solides ne sont pas contradictoire. Des budgets solides sont la condition nécessaire mais pas suffisante de la croissance», a-t-elle dit, répétant un point de vue déjà exprimé ces dernières semaines.

Le nouveau président français élu, le socialiste François Hollande, réclame une renégociation du traité de discipline budgétaire signé par 25 pays européens à l'initiative notamment de l'Allemagne, pour y ajouter des mesures de croissance.

Il doit rencontrer Angela Merkel à Berlin le 16 mai, au lendemain de sa prise de fonctions à l'Elysée.

Les deux dirigeants s'opposent sur la politique économique en Europe, face à la crise. Angela Merkel est prête à discuter de mesures de croissance mais a refusé jusqu'ici toute renégociation du traité.

«Le pacte budgétaire n'est pas négociable», avait déjà martelé lundi la chancelière conservatrice.