L'Espagne tentera de nouveau, vendredi, de rassurer les marchés sur son secteur bancaire en séparant de leur bilan les actifs immobiliers, mais cela passera cette fois par une nouvelle injection de fonds publics.
L'Espagne tentera de nouveau, vendredi, de rassurer les marchés sur son secteur bancaire en séparant de leur bilan les actifs immobiliers, mais cela passera cette fois par une nouvelle injection de fonds publics. - Dominique Faget afp.com

© 2012 AFP

La plus grande union de caisses d'épargne espagnole, Bankia, fera l'objet d'une intervention publique d'ici vendredi afin de l'assainir de ses actifs immobiliers risqués, a-t-on appris lundi auprès du ministère de l'Economie.

"Nous sommes en train de finaliser un plan d'assainissement de la banque qui se fera sûrement à travers l'injection d'obligations convertibles, les fameuses Cocos, et nous préparons aussi des changements dans la gestion" de Bankia, qui est la quatrième banque cotée en Espagne, a indiqué à l'AFP le ministère, confirmant qu'il s'agira d'argent public.

Ce plan sera annoncé "sûrement avant vendredi", a précisé la même source.

Le journal El Pais assurait lundi que Bankia, qui est, parmi les grandes banques espagnoles, la plus exposée au secteur immobilier, aurait besoin de "5 à 10 milliards d'euros" pour nettoyer son bilan.

Le quotidien économique Expansion affirmait lui que l'injection de fonds publics atteindrait "5 à 7 milliards d'euros".

Ces chiffres "ne sont pas loin" du montant effectivement prévu "mais nous ne pouvons rien confirmer", a-t-on indiqué au ministère.

Le propre chef du gouvernement, Mariano Rajoy, avait admis lundi matin cette possibilité.

"S'il faut assainir une entité financière qui a de grandes difficultés l'empêchant d'accorder des crédits et de payer ses propres dettes, la dernière chose que je ferais serait d'injecter, de prêter de l'argent public", a-t-il dit.

Mais "si c'était nécessaire (...), je ne renoncerais pas" à apporter des fonds publics et "seulement en dernier recours".

Le gouvernement approuvera vendredi un nouveau décret-loi pour assainir le secteur bancaire, en séparant les actifs immobiliers des bilans des banques.

Bankia, dont l'exposition au secteur immobilier s'élevait à 37,5 milliards d'euros fin 2011, soit 5 milliards de moins qu'en 2010, souffrait lundi de ces informations à la Bourse de Madrid, chutant de 4,68% à 2,34 euros à 09H49 GMT, dans un marché en recul de 0,81%.