Composants: ST-Ericsson taille dans le vif

0 contributions
Publié le 24 avril 2012.

TELEPHONIE - Le fabricant de composants pour téléphones portables a annoncé lundi la suppression de 1.700 postes au niveau mondial...

Le fabricant de composants pour téléphones portables ST-Ericsson a annoncé lundi la suppression de 1.700 postes au niveau mondial dans le cadre d'une vaste restructuration destinée à "stabiliser" l'entreprise dont les pertes ne cessent de s'aggraver au fil des ans.

ST-Ericsson, qui compte 6.000 salariés dans le monde, est détenu à parts égales par le fabricant franco-italien de semi-conducteurs STMicroelectronics et l'équipementier télécoms suédois Ericsson.

Très dépendant pour ses débouchés du groupe finlandais Nokia, lui-même en difficultés, ST-Ericsson avait annoncé fin janvier un alourdissement de ses pertes en 2011 à 841 millions de dollars (contre 591 millions en 2010).

Et le déficit ne donne aucun signe de se réduire en début d'année.

Sur les trois premiers mois de l'année, la société a enregistré une perte nette de 312 millions de dollars, pratiquement doublée sur un an, et supérieure au montant de ses ventes. Ces dernières n'ont pas dépassé 290 millions de dollars, en retrait de 27% sur leur niveau du trimestre précédent.

La dette nette à court terme a encore gonflé à 956 millions de dollars, mais le flux de trésorie libre a progressé grâce aux efforts de gestion du groupe. Pour le deuxième trimestre, ST-Ericsson table sur une progression séquentielle de ses ventes comprises entre 10% et 15%, selon un communiqué.

Au terme d'un examen "des faiblesses du groupe mené ces derniers mois", il est apparu "nécessaire de revisiter le +business model+" de ST-Ericsson et d'apporter "un changement majeur de stratégie", pour lui donner les moyens de se "stabiliser" et "réussir" dans le domaine des smartphones et des tablettes, a affirmé le PDG Didier Lamouche, lors d'une conférence téléphonique.

La société vise ainsi des économies de 320 millions de dollars, mais il lui faudra dans un premier temps supporter des coûts de restructuration d'"environ 130-150 millions de dollars".

Le plan dévoilé lundi prévoit que STMicroelectronics "absorbe" l'ensemble des activités de recherche et développement R&D de ST-Ericsson, grâce au transfert de ses employés "hautement qualifiés" vers STMicroelectronics.

Ce rapatriement des activités R&D devrait concerner "plusieurs centaines" de postes sur les 1.700 inclus dans le périmètre de la restructuration, a précisé à l'AFP M. Lamouche.

"C'est un effort significatif, un effort douloureux, mais que nous devons faire", a-t-il affirmé.

La restructuration va notamment "permettre la constitution d'un centre de traitement d'application unique pour servir tous les marchés (décodeurs, téléviseurs, smartphones, tablettes, etc.)". "En rassemblant nos forces, nous sommes la seule entreprise européenne capable de concurrencer des groupes américains tels Intel", a insisté M. Lamouche.

Si les impacts sociaux par pays ou par site n'ont pas été dévoilés, M. Lamouche a affirmé que la France n'était pas concernée par les suppressions d'emplois. Quelque 1.700 personnes travaillent pour le fabricant en France et sont réparties entre les sites de Paris, Sophia-Antipolis, Le Mans, Rennes et Grenoble.

"La direction de ST-Ericsson nous a assuré lors du comité de groupe qu'il n'y aurait aucune suppression de postes en France sous quelque forme que ce soit", a confirmé à l'AFP un représentant syndical.

Didier Lamouche a reconnu que "d'autres sites dans le monde allaient fermer". "Mais je ne peux rien vous dire à ce stade de la négociation", a-t-il ajouté.

De source syndicale, quatre sites en Europe (Finlande, Belgique, Royaume-Uni, Suisse) et un cinquième en Chine seraient ainsi visés, chacun comptant un peu plus de 100 salariés.

La maison-mère STMicroelectronics, dont le cours boursier souffre depuis des années des contre-performances de sa filiale, doit publier lundi soir, après la clôture de la Bourse de New York, son chiffre d'affaires pour le premier trimestre.

Après l'annonce de la restructuration de la filiale, le titre STMicro a enregistré la plus forte baisse du CAC 40, plongeant de 13,8% à 4,30 euros, alors que la Bourse de Paris a fermé en baisse de 2,83%.

L'agence de notation Fitch Ratings avait abaissé en août d'un cran, à BBB+, la note de STMicroelectronics, en raison des contre-performances de ST-Ericsson.

© 2012 AFP
Newsletter
HIGH-TECH

Recevez une fois
par semaine
toute l'actualité high-tech

publicité
publicité
publicité

publicité
Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr