Automédication: Les pharmaciens sont-ils devenus des commerçants comme les autres?

13 contributions
Publié le 27 mars 2012.

SANTE - Une enquête menée par l'UFC-Que Choisir auprès de 648 officines révèle de graves carences dans le conseil et la transparence tarifaire concernant la vente de médicaments vendus sans ordonnance...

«Si vous n’êtes pas des commerçants comme les autres, prouvez-nous que vous méritez votre monopole dans la distribution de l’automédication!» Voila  le message adressé mardi aux pharmaciens français par le président de l’UFC-Que Choisir.

 «Alarmants», «stupéfiants»: Alain Bazot ne cache pas sa déception face aux résultats de cette nouvelle enquête, la deuxième du genre depuis 2009. En décembre et janvier derniers, les enquêteurs de l’association ont visité 648 pharmacies de 17 départements. Le protocole était simple: l’achat par la même personne souffrant de symptômes grippaux de deux médicaments sans ordonnance incompatibles, l’UPSA Vitamine C 330mg (déremboursés et donc à prix de vente libre) et le Rhinureflex (qui peut être remboursé lorsqu’il est prescrit sur ordonnance).

Au total, 48% des pharmaciens n’ont pas alerté spontanément contre les risques d’incompatibilité entre les deux produits. A Paris, la proportion a même atteint 64%.

Quant à la posologie du Rhinureflex, les 3/4 des pharmaciens n’ont pas spontanément mis en garde contre le surdosage et les contre-indications, et ce malgré une alerte de l’Afssaps, l’agence de sécurité sanitaire, publiée le 2 décembre 2011.

Des prix qui flambent en toute opacité

Concernant les prix des médicaments déremboursés, le diagnostic est également sévère: «Neuf pharmacies sur dix dissimulent la liberté tarifaire» pour les médicaments, explique l’UFC-Que Choisir, malgré l’obligation d’information en vigueur depuis 2003.

Le manque de transparence se double selon l’association d’une véritable «fièvre tarifaire». A titre d’exemple,  le prix de l’UPSA Vitamine C 330mg au centre de l’enquête variait de 1 à 4 ( 1,30 euros à 2,96 euros) dans le panel de pharmacies testées. A Paris, des écarts de prix de 71% ont été relevés entre deux pharmacies distantes de 3 minutes de marche!

Le problème concerne l’ensemble de l’automédication. L’UFC dénonce un «choc inflationniste pour les médicaments déremboursés lorsqu’ils sortent du modèle de prix régulés»: «Entre l’industriel, le grossiste et le distributeur, le consommateur subit trois hausses de marges successives,  si bien que depuis 1998 les médicaments à prix libres ont connu une inflation de 47,87% quand le tarif des médicaments à prix régulés a diminué de 24%» notait lundi Mathieu Escot, chargé de mission santé à l’UFC-Que Choisir. Avant d’appeler à une libéralisation encadrée de l’automédication «pour que le consommateur redevienne le régulateur naturel» de ce marché…

Claire Planchard
Mots-clés
Newsletter
HIGH-TECH

Recevez une fois
par semaine
toute l'actualité high-tech

publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr