Téléphonie: Free Mobile veut opérer sur son «propre réseau»

13 contributions
Publié le 8 mars 2012.

TELEPHONIE - Face à la polémique sur les capacités techniques d'Iliad, les dirigeants du groupe ont annoncé jeudi une série d'investissements pour développer ses infrastructures...

Oui, Free Mobile couvre déjà 27% du territoire et non, il ne compte pas s’arrêter là! C’est le message assené vendredi à la presse par Xavier Niel à l’occasion de la présentation des résultats annuels du groupe.

«Notre seul modèle est celui de notre développement dans l’Adsl»

«Si on en croit nos concurrents notre contrat d’itinérance avec Orange nous coûte 1 milliard ou même 1,5 milliard d’euros, c'est-à-dire le prix que nous coûterait le déploiement de notre réseau». En résumé: si Free pouvait débourser un milliard d’euros aujourd’hui, il  le ferait. Le groupe assure en effet qu’aujourd’hui son seul modèle est «celui de son développement dans l’Adsl», c'est-à-dire d’opérer avec son propre réseau.

Pour y parvenir, Iliad a déjà débloqué 400 millions d’euros à ce jour dans le déploiement du réseau et compte investir 250 millions dans l’extension de son infrastructure l’an prochain. Objectif: atteindre 2.500 antennes actives fin 2012, contre les quelque 900 actuellement en service ou prêtes à émettre.

Un déploiement sous contraintes

«Nous menons deux logiques de déploiement en parallèle» a détaillé jeudi Xavier Niel lors de la conférence de presse: «un déploiement de couverture qui consiste à couvrir le plus vite possible la plus grande partie du territoire sans intelligence et un déploiement sur des poches pour avoir une couverture à 100% et pouvoir éteindre l’itinérance, au moins en 3G».

Aujourd’hui Iliad déplore toutefois une multitude de freins à la montée en puissance de son réseau. Parmi eux: la difficulté à trouver des baux, les procédures de contestation menées par des mairies ou encore des chartes conclues avec les villes.  «Si nous ne sommes pas à Paris c’est que nos petits camarades ont bloqué les discussion avec la ville en demandant des choses tellement inacceptables que la que la charte a explosé» a expliqué jeudi Xavier Niel avant de préciser qu’à Paris, «Free est le premier opérateurs fixe» et que la capitale constitue donc «un réservoir d’abonnés très fort pour Free Mobile». La hache de guerre est loin d’être enterrée.

Les critiques systématiquement poursuivis en justice

 

En conclusion de son communiqué de presse distribué en marge de sa conférence, Iliad annonce la couleur: «A compter de ce jour, Free Mobile attaquera en justice toute personne dénigrant la réalité de sa couverture ou de ses investissements. Depuis le 10 janvier, le marché français du mobile est concurrentiel er les Français s'en rejouissent, il faut l'accepter».

Claire Planchard
Newsletter
HIGH-TECH

Recevez une fois
par semaine
toute l'actualité high-tech

publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr