La City de Londres vue du London Eye, le 25 janvier 2012.
La City de Londres vue du London Eye, le 25 janvier 2012. - SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

C. P. avec Reuters

Sécurité et qualité seront les maitres mots des investissements en 2012, selon les auteurs de cette enquête réalisée auprès de plus de 600 acteurs de l'immobilier commercial en Europe.

Assèchement des prêts bancaires

«L'instabilité économique affecte les prêteurs et les investisseurs», note le président d'ULI France, Erik Sondén. «Les marchés immobiliers restent pour le moment peu impactés, mais nous ne sommes pas à l'abri d'une récession économique».

Selon John Forbes, de PwC, «le financement immobilier sera probablement l'une des principales victimes des mesures bancaires prises en réponse aux pressions réglementaires et macroéconomiques».

«La réduction du niveau d'endettement ne libèrera pas de capital pour les nouveaux prêts immobiliers, la dette sera envisagée à plus court terme et son coût augmentera. La nécessité de trouver des solutions de financement alternatives deviendra indispensable», ajoute-t-il.

Le marché immobilier parisien relativement préservé

Dans ce contexte, une nette prime accordée aux pays nordiques et à l'Allemagne, devant Londres et Paris, selon cette étude.

La capitale britannique sera en effet touchée par sa dépendance au secteur financier

En revanche, la capitale française devrait continuer à sortir son épingle du jeu : «Les capitaux se sont de nouveau dirigés vers Paris en 2011. Cette tendance devrait se poursuivre en 2012, notamment sur les actifs de qualité, car Paris affiche toujours un bon compromis entre liquidité, volatilité et risques"», estime Geoffroy Schmitt, de PwC.

Le rapport montre que l'investissement en France devrait se concentrer sur Paris. Selon certains professionnels, les seules métropoles régionales encore attractives sont Lyon et Marseille, notent les auteurs.