Perte du triple A en direct: La note française officiellement dégradée à AA+ par S&P

188 contributions
Publié le 13 janvier 2012.

ECONOMIE - La France figurerait dans la liste des pays dégradés par Standard & Poor's...

23h30: Ce live est désormais terminé. Merci de nous avoir suivis. On vous donne rendez-vous demain pour la suite des événements.


22h55: La France à nouveau dégradée ces prochains mois?
S&P indique que la France a au moins une chance sur trois pour que sa note soit à nouveau dégradée en 2012 ou 2013.

22h47: Le triple A allemand et finlandais confirmé
L'Allemagne reste le meilleur élève européen. A la différence de la France, le pays de la Chancelière Merkel a réussi à conserver son triple A, annonce S&P. La Finlande reste elle aussi dans le clan des AAA, selon le ministère des Finances du pays.

22h45: L'Italie et l'Autriche officiellement dégradées elles aussi
La France n'est pas seule. Ce soir, S&P annonce qu'elle dégrade également l'Italie, dont la note est abaissée à BBB+, ainsi que l'Autriche, à AA+, comme la France.

22h40: La France officiellement dégradée
C'est désormais officiel. Standard & Poor's vient tout juste d'annonce que la note française était dégradée de AAA à AA+.

22h20: Wall Street finit en légère baisse
Les valeurs américaines ont fini en légère baisse vendredi en raison d'informations selon lesquelles l'agence Standard & Poor's abaisserait la note de crédit de plusieurs pays de la zone euro. L'indice Dow Jones a cédé 0,39% ou 48,96 points à 12.422,06 points. Le Standard & Poor's, plus large, a perdu 0,49% ou 6,41 points à 1.289,09 points tandis que le composite du Nasdaq abandonnait 0,51% ou 14,03 points à 2.710,67 points.

21h38: «La France est sur la bonne voie», pour le ministre des Finances allemand
La France n'a plus de triple A, mais elle a des soutiens. Wolfgang Schaüble, ministre des Finances allemand, explique ce soir que «la France est sur la bonne voie». «Les marchés ont appris à vivre avec des notes différentes, ajoute-t-il. La décision de S&P prouve que la volonté de l'Union européenne de mettre rapidement en place des mesures de stabilisation était justifiée.»

21h29: Et pendant ce temps-là, en Italie...
La France n'est pas la seule à passer une soirée difficile. Selon l'agence Ansa, l'Italie devrait voir sa note abaissée de deux crans à BB+.

21h23: Jean-François Copé relativise la mauvaise nouvelle
Dans un communiqué diffusé ce vendredi soir, le secrétaire général de l'UMP se montre fataliste, mais relativise l'impact de la perte du triple A français. «Standard and Poor’s avait également dégradé la note américaine, elle place la France au même niveau», rappelle ainsi Jean-François Copé. «Cette appréciation n’est pas aujourd’hui partagée par les deux autres grandes agences. L’agence Fitch a même confirmé le triple A de la France pour 2012 en début de semaine», ajoute-t-il. Avant de vanter la «détermination» et «le discours de vérité» du gouvernement, qui a «largement anticipé la nécessité impérieuse de renforcer la gouvernance économique de la zone euro d’une part et d’assainir nos finances publiques en faisant des réformes structurelles courageuses et en réduisant les dépenses d’autre part», selon lui.

20h50: Après une forte chute, l'euro se maintient
L'euro se maintenait en forte baisse ce vendredi soir, résistant cependant à la confirmation par le gouvernement français que le pays avait perdu sa note "AAA" dont il bénéficiait auprès de l'agence de notation Standard and Poor's.
Vers 20h20, l'euro valait 1,2669 dollar, proche de son niveau des minutes précédant l'annonce, contre 1,2816 dollar jeudi vers 23h.

20h47: Point de presse de Fillon samedi à 10h30
Le Premier ministre français, François Fillon, tiendra un point de presse samedi à 10h30, ont annoncé ce vendredi soir ses services. 

20h30: Jacques Attali «enrage car tous les moyens étaient disponibles pour l’éviter»
L'économiste a indiqué sur BFM TV que, «a France en perdant son triple A fait perdre le triple A à l’agence européenne, au mécanisme de stabilité européen», ce qui rend donc «encore plus difficile le financement de la crise européenne».
«Contrairement à mon ami Jacques Delors je ne pense pas que la réduction des dépenses permette de garantir la récession alors que le maintien des dépenses permettrait la croissance. Si c’était vrai cela se saurait», a-t-il ajouté.
Selon JAcques Attali, cette dégradation «est une sanction pour la politique qui a été suivie, une sanction pour l’absence de politique, l’absence de rigueur et malheureusement c’est une sanction qui n’est pas que sur la France, elle est sur l’Europe parce que le système européen repose sur deux béquilles, deux échasses qui sont la France et l’Allemagne et l’une vient de tomber».

20h15: Valery Giscard D’Estaing considère que «ce n’est pas une catastrophe»
L'ancien président de la République a indiqué sur BFM TV: «Ce n’est pas une catastrophe, c’est un peu triste car dans le monde entier, dans la presse, dans les médias vous allez entendre cela. Les indiens, les mexicains vont entendre "la France dégradée". Ce n’est pas gai pour nous, nous n’aimons pas cela.» VGE a ajouté que «sur le plan financier», cette dégardation «n'a aucun sens», s'interrogeant ensuite sur «l'utilité» des agences de notation.
L'ancien président de la République a affirmé que cette dégardation «n’aura pas d’effet sur la politique économique». «Du point de vue de la gestion de nos intérêts, de notre endettement à mon avis cela n’a pas d’importance.»

20h12: Jacques Delors blâme les agences de notation
L'ancien Président de la Commission Européen «pense que ces agences se situent dans ce contexte psychologique et mental» qu'il dénonce. «Le plus bel argument qui me scandalise c’est quand elles disent "celui-ci fait un effort, il veut restreindre ses budgets" (…) c’est trop facile (...) c’est ridicule, les agences il faut les prendre pour ce qu’elles sont».

20h08: «C'est une crise inédite conséquence des deux précédentes. Cette dette n'est pas que française.»

20h07: Pas de nouveau plan de rigueur
Il n'y aura pas d'autre plan de rigueur malgré la dégradation de la note de la France par Standard & Poor's, a déclaré le ministre de l'Economie sur France 2. Il a ajouté que la gestion budgétaire de la France n'était pas en cause et que le budget 2012 laissait de la marge au gouvernement. «Pas de nouveau plan de rigueur, puisque ce n'est pas une question de rigueur budgétaire», a-t-il dit.

20h06: Baroin: «C'est le paradoxe de cette crise, la France n'a jamais emprunté aussi bas. Il faut poursuivre les réformes, les amplifier.»

20h02: François Baroin confirme le «changement de note de la France, qui est un abaissement». La note passe de AAA à AA+. «Cet abaissement n'est pas une bonne nouvelle.»

19h52: François Hollande, candidat socialiste pour 2012, s'exprimera sur la perte du triple A de la France, si celle-ci est confirmée, samedi à 8h30 à son local de campagne, a annoncé aujourd'hui l'équipe du candidat socialiste.

19h39: François Baroin sera au JT de 20h00 sur France 2.

19h27: Henri Guaino fait preuve d'une lucidé à toute épreuve: «Si confirmée, c'est une mauvaise nouvelle».

19h22: L'UMP dénonce «l'indécence de l'opposition à se réjouir».

19h20: Sur les réseaux sociaux, des mouvements de solidarité se développent pour soutenir la perte du triple A.  Les internautes suppriment la lettre A de leur prénom et/ou de leur nom de famille. En êtes-vous?

19h15: Annonce de l'Elysée: Face à la perte imminente du triple A, Sarkozy, Fillon, Baroin et Pécresse se réunissent à l'Elysée. 

19h12: Dominique de Villepin, candidat à la l'élection présidentielle, a estimé vendredi que les Français «paient un enlisement de longue date», avec la perte annoncée du triple A, et a prôné «une cohérence d'action et un pacte de croissance et d'emploi» pour redresser la France.

19h00: François Bayrou, non sans en rajouter par rapport à la gravité de la situation, déclare: «La perte du triple A signe des années d'échec et de dérive».

18h54: La présidente du Front national, Marine Le Pen, a déclaré aujourd'hui que la perte attendue du triple A de la France signait "la fin du mythe du président protecteur" et "disqualifie tous ceux" qui ont défendu l'euro. "C'est la fin du mythe du président protecteur".

18h47: La Finlande ne serait pas concernée par une dégradation de son triple A.

18h36: Selon Le Monde, L'Elysée n'a pas prévu de faire de commentaires au sujet de la perte du Triple A.

18h35: Mélenchon donne rendez-vous à «tous les Français» pour manifester contre le capitalisme devant l'agence parisienne de Standard & Poor's.

18h30: Standard & Poor's n'a toujours pas communiqué au sujet de la dégradation de la note de la France.

18h15: Alain Minc est fou de rage. Au sujet des agences de notations, il dit : «On n’a plus affaire à des pompiers pyromanes, mais à des pervers graves», accuse ce proche de Nicolas Sarkozy, cité par le site du journal Le Monde.

18h13: Cécile Duflot déclare: «Cette dégradation n’est pas une surprise. Elle est un symptôme, celui d'une financiarisation de l’économie. Les embardées de Nicolas Sarkozy depuis cinq ans, la multiplication des cadeaux fiscales, les réformes et contre-réformes fiscales n'auront pas répondu ni aux échecs de cette financiarisation de l'économie, ni à la hausse dramatique du chômage. Il importe au contraire de construire une stratégie basée sur l’économie réelle. Il importe surtout d'etre conscient que cette crise est la crise d'un modèle de développement, un modèle ultra court-termiste, gaspilleur de nos ressources naturelles et qui accroit les inégalités. Pour EELV, il faut travailler à une agence européenne indépendante, soucieuse du long terme, pour donner des informations pertinentes aux marchés et compenser l’analyse orientée des trois agences.»

18h09: Eva Joly, candidate des écologistes à l’élection présidentielle, réagit: «La perte du triple A doit être l'occasion d'une prise de conscience qu'un autre monde doit naître. Nicolas Sarkozy a échoué, les cadeaux fiscaux abusifs ont creusé les déficits. L'austérité n'est pas une réponse, ni l'obsession de la croissance: L'heure est donc à porter la transition écologique de l'économie. Il n'y a pas de fatalité, c'est l'espoir d'une nouvelle révolution industrielle qui protège la planète et donne un travail de qualité à chacun. C'est exactement ce que j'ai proposé aujourd'hui avec mon pacte écologique pour l'emploi».

18h00: La Bourse de Paris en très léger repli malgré l'annonce de S&P. Les autres places boursières européennes limitent également leurs pertes.

17h44: Il y a un mois la patronne de S&P en France avait répondu aux questions des internautes de 20 Minutes.fr. Retrouvez ici l'intégralité de ses réponses.

17h39: Jean-Luc Mélenchon communique à son tour: «S&P déclare la guerre de la finance contre la France. Il faut résister. Se coucher devant la finance aiguise son appétit. La capitulation grecque l'a prouvé. Il faut rendre les coups. La Banque Centrale doit annoncer immédiatement qu’elle prêtera à la France à un taux très bas. Faute de quoi il faut suspendre les versement français au budget de l'Union européenne et couvrir les prochaines tranches avec un emprunt forcé sur les banques françaises qui viennent d'être gavées par la BCE. La guerre entre la finance et le peuple est déclarée. Chacun doit choisir son camp, sans tergiverser.»

17h30: La Bourse de Paris semble bel et bien avoir intégrée la dégradation de la France depuis belle lurette. A l'approche de la clôture le CAC 40 est en léger repli de 0,35% à 3.188,84 points.

17h25: Réaction de Jean-Marie Le Guen, député PS, qui dramatise: «C’est une terrible nouvelle pour la France, ce pays va lourdement payer les conséquences et puis évidemment c’est l’échec considérable pour M. Sarkozy», a-t-il dit sur BFM TV.

17h20: Pour l'instant à l'Elysée, c'est motus et bouche cousue. La présidence française s'est refusée vendredi à tout commentaire sur l'éventuelle dégradation de la note souveraine de la France, qui jouit actuellement d'un «triple A», par l'agence de notation américaine Standard & Poor's. Interrogée sur BFM TV, la ministre du Budget Valérie Pécresse a souligné : «La France est une valeur sûre, elle peut rembourser sa dette».

17h16: Quelles seront les conséquences de la perte du AAA sur votre porte-monnaie? Voici notre éclairage.

17h15: La perte du triple A serait un mal pour un bien. «Ca sera difficile à court terme pour les marchés mais, débarrassée de cette épée de Damoclès, la Bourse pourra repartir sur des bases plus saines et surtout plus sereines», juge Arnaud de Champvallier, directeur général de Turgot Asset Management.

17h10: Signe qui ne trompe pas sur l'imminence de la dégradation de la France, François Baroin, le ministre de l'Economie vient d'arriver à l'Elysée.

17h00: Réaction de Philippe Waechter, directeur de la recherche économique chez Natixis AM: La dégradation traduit une chose: l'interrogation sur la trajectoire des finances publiques françaises. S&P sanctionne la France car le scénario du gouvernement est excessivement optimiste. Ils veulent un scénario crédible. La France va perdre un cran, et nous le récupérerons dans deux ans si tout va bien. L'autre question est au niveau européen car le FESF va être fragilisé par sa dégradation. Mais que les Français se rassurent, il s'agit essentiellement d'une question de fierté et n'aura pas d'impact a priori sur la vie quotidienne. Les taux d'intérêt auxquels sera soumis la France restent bas.  

La messe semble bel et bien dite. Le «AAA» de la France vit ses derniers instants. Selon plusieurs sources concordantes, l’agence Standard & Poor’s va abaisser dans les heures qui viennent la note de la dette hexagonale, la meilleure possible pour emprunter à des taux d’intérêt privilégiés auprès des investisseurs. La grande question est de savoir de quelle ampleur sera cette dégradation. Selon le Financial Times, la dégradation ne serait que d'un cran à «AA+».

Le 5 décembre, l’agence de notation avait déjà annoncé que la plupart des pays de la zone euro pourraient voir leur note abaissée à très court terme en raison d'une aggravation des tensions systémiques liées à la crise de la dette. L'Allemagne, la Belgique, les Pays-Bas et le Luxembourg seraient cependant épargnés par cette dégradation.

Suivez en direct sur 20Minutes.fr les réactions et les conséquences de cette très probable décision.

B.d.V. et M.B.
publicité
publicité
publicité

publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr