Pour les jeunes, le projet immobilier est le premier placement en vue de la retraite.
Pour les jeunes, le projet immobilier est le premier placement en vue de la retraite. - E. FOUDROT / 20 MINUTES

Bertrand de Volontat

La FNAIM a publié ses prévisions en baisse en termes d’opérations en 2012. Elle en prévoit 700.00 contre 800.000 prévues en 2011. Le pouvoir d’achat des ménages devrait être l’une des principales raisons de ce ralentissement. Les Français sont toutefois 58% à être propriétaires, contre 57% en 2007. Ils ne sont pourtant que 24% à trouver que la conjoncture est favorable à l’achat d’un bien immobilier et 18% à la vente. Des chiffres en large baisse sur un an. Tout comme ceux des Français qui pensent que la période actuelle permet de devenir propriétaire pour la première fois, avec 35% des sondés contre 49% il y a un an. 

Les Français considèrent ainsi à 23% que la crise du logement doit faire partie des sujets prioritaires du prochain président de la République.

Le prix, première cause de la baisse des achats

Si les Français achètent moins, c’est en premier lieu à cause du prix. Ils sont 46% à le penser et 71% à placer le prix trop élevé au moins en seconde explication. Le nombre insuffisant de logements sociaux et la difficulté de l’obtention d’un crédit figurent parmi les autres raisons de la crise du logement.

Ils sont en revanche 49% à penser que les prix vont se stabiliser en janvier 2012 et 16% à penser qu’ils vont baisser, soit une hausse significative par rapport au trimestre dernier (29% et 12%) ou même par rapport à janvier 2010 (28% et 13%).

Du côté des investissements locatifs –acheter pour louer – ils sont 30% à penser que cette opération est moins rentable qu’avant, soit le double de ceux qui estiment que l’investissement est encore juteux, dans ce contexte économique et fiscal. Ils sont en outre 38% à dire que la situation économique actuelle est favorable à ce type d’investissement.

Les raisons de la dégradation des rapports des ménages vis-à-vis de l’immobilier sont nombreuses. Ainsi, seuls 13% des Français trouvent facile l’obtention d’un crédit immobilier, un plus bas depuis octobre 2009. En ce qui concerne les taux de crédits immobiliers, seuls 31% les trouvent attractifs.

ACE Courtier Crédit prévoit pour le premier semestre 2012 une hausse des taux de crédit entre 0,40 et 0,50% qui ne devrait pas, là encore, pousser les Français à se lancer. 

La rigueur gouvernementale et la récession économique ne devraient pas tirer ses statistiques vers le haut dans les prochains mois. Il pourrait toutefois y avoir une poussée de l’achat de l’immobilier de moyenne gamme, plus abordable et présentant un panel d’offres plus important.