Aubagne en guerre contre les agences de notation

21 contributions
Publié le 20 décembre 2011.

ECONOMIE - Furieuse, la ville a mis un terme au contrat qui la liait avec l’agence Fitch...

Accusées de faire la pluie et le beau temps notamment sur les politiques des Etats, les agences de notation suscitent ces derniers temps des réactions très virulentes. Le gouverneur de la Banque de France n’y est pas allé de main morte fustigeant des agences «franchement incompréhensibles et irrationnelles» dont l’utilité n’est plus avérée.

Une déclaration choc qu’a fait sienne la ville d’Aubagne (Bouches-du-Rhône). Son maire, Daniel Fontaine (PCF), et sa présidente de la Communauté d'agglomération du Pays d'Aubagne et de l'Étoile (CAPAE), Magali Giovangelli, ont mis un terme au contrat qui les liait à l’agence Fitch, révèle La Provence.

Depuis la crise de 2008, le crédit bancaire s’est raréfié. A la recherche de nouveaux financements, de plus en plus de collectivités locales se sont tournées vers les marchés obligataires. Elles ont donc fait appel aux agences pour qu’elles déterminent leur risque de crédit afin de rassurer les investisseurs sur leur solidité.

«Situation folle et honteuse»

Aubagne n’en a cure. «Même s'il faut négocier ferme, les banques vont nous prêter pour les 140 millions de l'investissement du tram entre 2,8 et 3,7 %. Payer 50.000 euros par an pour s'entendre dire que nos comptes sont solides est vain. Mais surtout, nous en avons assez de nous retrouver dans cette situation folle et honteuse où, après avoir fait tomber des États, les agences veulent peser sur les collectivités. Les commentaires dont elles accompagnent leurs notes sont honteux, comme des leçons à des élus du peuple. Un pays, une collectivité ne doit pas oublier qu'elle est au service des citoyens, pas des financiers», a martelé Magali Giovangelli dans les colonnes du quotidien.

De son côté, Daniel Fontaine refuse «de se faire mettre à genoux par les agences de notation… Elles nous demandent de revoir la politique pour laquelle nous nous sommes engagés auprès des citoyens et nous refusons.»

L’initiative d’Aubagne fera-t-elle tâche d’huile?

«Il ne s'agit pas d'une insatisfaction de la part de nos client, a justifié un représentant de Fitch. La Ville de Paris, l'Ile-de-France, nous conservent leur confiance. Les collectivités représentent 10 % de notre activité. À notre connaissance, Aubagne et sa communauté sont les seuls à avoir cessé leur contrat avec nous.» Toutefois, dans le contexte actuel, l’initiative pourrait bien faire tâche d’huile.

M.B.
publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr