Internet: La France en fait-elle assez pour ses entreprises?

INTERNET Référencement, communication, promotion, vente, moteur de recherche. Pour plus de la moitié des entreprises, essentiellement des TPE et des PME, ces notions sont encore inconnues, mettant la France en retard…

Bertrand de Volontat

— 

Le British National Party (BNP), parti britannique d'extrême droite, a dénoncé mercredi la publication de la liste de ses membres sur Internet, une fuite d'autant plus embarrassante qu'elle révèle que des policiers sont membres du BNP, ce que leur interdit la loi.

Le British National Party (BNP), parti britannique d'extrême droite, a dénoncé mercredi la publication de la liste de ses membres sur Internet, une fuite d'autant plus embarrassante qu'elle révèle que des policiers sont membres du BNP, ce que leur interdit la loi. — Justin Sullivan AFP/Getty Images/Archives

 L’Internet français est source d’inégalités entre entreprises. 43% seulement sont présentes sur la Toile et leur situation économique est meilleure que celles qui ne disposent pas d’un site Web. Pour preuve, le chiffre d’affaires annuel est de 9 à 600% fois supérieur pour les sociétés dotées d’une plateforme Web. Un site professionnel qui ne demande aucune démarche institutionnelle. 

Les revenus de l’Internet en France : 3,7% du PIB…

Et du côté des sociétés visibles sur le Net, seules 2,4% d’entre elles ont un site marchand  et 91% n’ont eu aucune activité ces trois derniers mois sur leur site. Une fracture visible entre entreprises de l’Hexagone mais également un sérieux retard pour la France. Par exemple, 51% des sociétés du secteur des services ont un site contre 81% en moyenne dans les pays voisins. La France n’est d’ailleurs qu’à la neuvième place européenne pour l’activité professionnelle Web.

Et pourquoi s’en priver ? Notre pays emploie aujourd’hui 119.000 spécialistes d’Internet et pourrait en cas de création généralisée de sites Web en créer jusqu’à 320.000, à en croire Email Brokers. Niveau éducation, aucun parcours académique ne correspond toutefois à cette spécificité.

L’impact sur la richesse française est donc forcément limité. Les revenus issus du Web représentent 3,7% du PIB alors que le vivier français compte 5,5 millions de sociétés. La marge de progression est palpable.

L’agence Email Broker, à l’origine de cette étude, considère que l’Etat français devrait allouer davantage de fonds (notamment pour des questions de référencement) et d’attention au numérique et à son potentiel. Tout au moins, les petites entreprises devraient être incitées à se lancer en ligne dans un climat d’innovation et d’essor économique grâce à l’Internet. Le numérique, justement un thème fort de la prochaine campagne présidentielle de 2012. Un hasard… ?

>> Vous lancez le site de votre entreprise, racontez-nous ci-dessous les difficultés que vous rencontrez pour y parvenir. Jugez-vous qu’il y a un manque de moyens que l’Etat devrait combler?

Mots-clés :

Aucun mot-clé.