Crise de la dette: La zone euro envisage de voler à la rescousse de l'Italie

10 contributions
Publié le 25 octobre 2011.

EUROPE - La troisième économie de la zone euro est en difficulté...

La zone euro étudie la possibilité d'offrir l'assistance de son fonds de secours financier à l'Italie afin d'éviter la contagion de la crise de la dette mais peine toujours à trouver un accord avec les banques pour soulager la Grèce surendettée.

Les pays de l'Union monétaire réfléchissent à une possible activation du Fonds européen de stabilité financière (FESF) pour acheter de la dette italienne afin d'éviter que les taux d'emprunt du pays ne s'envolent, ont indiqué lundi deux sources diplomatiques à l'AFP. Rome se finance actuellement à des taux proches de 6%. Un niveau difficilement compatible dans la durée avec une dette de plus de 1.900 milliards d'euros.

Décision mercredi

Cette option est examinée notamment par des hauts fonctionnaires de la zone euro réunis au sein d'un groupe de travail chargé de préparer le sommet décisif de mercredi, selon une des sources. L'idée est de demander à Rome "des mesures pour démontrer qu'il n'y a pas de risque que l'Italie devienne un jour la Grèce" et, en attendant que les marchés soient pleinement rassurés, de lui permettre de s'adosser au FESF, a expliqué l'autre source.

Le chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi a assuré lundi que personne ne devait avoir "quoi que ce soit à craindre" de son pays, avant un conseil des ministres extraordinaire où il devait annoncer des réformes. Il pourrait relever l'âge de départ en retraite à 67 ans, après avoir été sommé d'agir la veille par ses partenaires européens. Lors de ce conseil, le gouvernement italien n'est pas parvenu à un accord sur une réforme des retraites en raison des divisions dans la majorité, a appris l'AFP de source gouvernementale. Des pourparlers étaient en cours et devaient se poursuivre toute la nuit pour déboucher sur un accord politique avec des mesures peut-être plus "soft" qu'initialement prévues, mais visant à rassurer les partenaires européens de l'Italie.

Rien ne dit que le recours au Fonds deviendra réalité mais dans pareil cas, ce sera la première fois qu'il intervient de la sorte sur les marchés, se substituant à la Banque centrale européenne qui remplit aujourd'hui cette mission, à contrecoeur. Elle aide l'Italie et l'Espagne de cette manière depuis l'été dernier. Instrument financier indispensable dans la gestion de la crise de la dette, le FESF a vu ses pouvoirs renforcés en juillet: il peut racheter désormais de la dette déjà en circulation, afin d'aider les pays qui se financent à des taux prohibitifs et soulager les banques plombées par ces actifs dévalorisés. Une option encore jamais utilisée.

En parallèle, les négociations se poursuivent en vue du sommet de mercredi censé apporter une réponse décisive à la crise de la dette qui ronge l'Union monétaire depuis bientôt deux ans. Les Européens doivent trouver un moyen d'augmenter la force de frappe du FESF pour éviter précisément la contagion. La chancelière allemande Angela Merkel veut être en mesure de présenter mercredi matin les grandes lignes d'une solution à la chambre basse du Parlement, le Bundestag, avant de se rendre à Bruxelles.

Car les députés allemands doivent dorénavant être impliqués dans toute utilisation ou modification du FESF, et, contrairement à ce que prévoit le dispositif législatif, c'est toute l'assemblée qui devra se prononcer pour donner un mandat, et pas seulement la commission du Budget, a indiqué à l'AFP une source proche de la majorité conservatrice.

Réduire la dette, jusqu'où?

Plusieurs hypothèses sont dans les tuyaux, éventuellement cumulables: un modèle qui verrait le FESF agir comme assureur de la dette émise par les pays en difficulté; une option qui consiste à créer un véhicule financier adossé au FESF, pour attirer investisseurs publics comme privés y compris hors zone euro. Enfin, une troisième solution serait la création d'un fonds spécial adossé au Fonds monétaire international (FMI) et abondé sur la base du volontariat, par exemple par des pays émergents comme la Chine.

Autre chantier: stabiliser la Grèce surendettée en mettant plus fortement à contribution le secteur financier, qui s'était déjà engagé en juillet à subir des pertes de l'ordre de 21% en effaçant une partie de la dette grecque. La difficulté est pour les Européens d'obtenir le feu vert des banques, au risque sinon de déclencher le paiement des CDS, ces assurances contre le risque de défaut de paiement. Un tel scénario serait favorable à ceux qui ont spéculé sur le sort de la Grèce et risquerait de provoquer un effet domino dans la zone euro.

Or, les grandes banques réunies au sein de l'Institut de la finance internationale (IIF) ont prévenu lundi soir qu'il y avait "des limites" au niveau de la dette publique grecque qu'elles peuvent accepter d'effacer volontairement. Selon une source diplomatique, le lobby bancaire propose désormais une décote volontaire de 40% alors que la zone euro table au minimum sur des pertes de l'ordre de 50%. Les investisseurs grecs sont inquiets des retombées.  La Bourse d'Athènes a chuté lundi de 4,51% car une trop forte décote affecterait lourdement les banques grecques, avec de probables répercussions pour les ménages et les entreprises. Ailleurs en Europe, la Bourse de Paris a gagné 1,55% et Francfort 1,41%. A la veille du sommet, le ministre japonais des Finances a appelé mardi l'Europe à prendre des mesures pour ramener le calme sur le marché des changes.

© 2011 AFP
Newsletter
HIGH-TECH

Recevez une fois
par semaine
toute l'actualité high-tech

publicité
publicité
publicité

publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr