Le ministère de l'Economie, à Bercy, en 2010.
Le ministère de l'Economie, à Bercy, en 2010. - MEIGNEUX / SIPA

© 2011 AFP

Le ministère des Finances prépare un nouveau plan d'économies, de l'ordre de 5 milliards d'euros, dans la perspective d'une prochaine révision à la baisse de sa prévision de croissance pour 2012, écrivent vendredi plusieurs journaux.

Le ministre de l'Economie François Baroin a indiqué dès mardi que la prévision d'une croissance de 1,75% du produit intérieur brut pour 2012 était «probablement trop élevée», ajoutant qu'il y avait même "un risque" qu'elle soit inférieure à 1,5%. Le consensus des économistes table sur 0,9%. Afin de respecter son objectif de réduction du déficit public à 4,5% du PIB l'année prochaine, «un nouveau plan de redressement de l'ordre de 5 milliards d'euros serait nécessaire», a indiqué une source gouvernementale non identifiée au quotidien économique Les Echos. Selon le journal économique, «l'idée est d'agir à la fois sur les recettes et sur les dépenses».

Quand l'annoncer?

Le Figaro explique de son côté qu'«une révision de 0,5 point de la croissance (...) nécessite de trouver 5 milliards pour boucler le budget». «Bercy a toujours dans ses cartons des mesures fiscales prêtes à être mises en oeuvre rapidement», précise-t-il. Selon les deux journaux, ce n'est pas tant le principe d'une révision de la prévision qui freine le gouvernement à ce stade mais plutôt son calendrier.

Le Figaro croit savoir que la direction du Trésor plaide pour une «annonce rapide, avant le G20 des 3 et 4 novembre» tandis qu'au sein de l'exécutif, certains sont favorables à une date après le sommet européen de dimanche et le G20. «Ces deux rendez-vous lèveront des incertitudes sur la croissance. Il serait absurde de trancher avant», écrit le quotidien, citant une source gouvernementale.

Plusieurs options sont évoquées pour la mise en oeuvre du plan d'économies: dans le cadre de l'examen du budget, qui a débuté cette semaine devant l'Assemblée nationale --hypothèse jugée "peu probable" par Le Figaro car avant les deux rendez-vous internationaux--, dans un nouveau texte budgétaire ad hoc ou dans le "traditionnel collectif de fin d'année, qui doit être présenté mi-novembre" selon Les Echos.