Les manifestants ont bloqué le pont de Brooklyn, samedi à New York.
Les manifestants ont bloqué le pont de Brooklyn, samedi à New York. - S. KEITH / AP / SIPA

ETATS-UNIS Ils refusent de décamper, alors que le propriétaire du parc où ils se sont installés a prévu de le nettoyer, vendredi...

Les indignés de Wall Street face à leur premier véritable test. Les manifestants du mouvement anticapitaliste Occupy Wall Street ont menacé jeudi de s'opposer au démantèlement du campement improvisé où ils se sont installés il y a près d'un mois dans le district new-yorkais de Lower Manhattan.

Le maire de New York, Michael Bloomberg, a déclaré que les manifestants protestant contre les inégalités économiques pourraient poursuivre leur mouvement tant qu'ils respecteraient la loi. Mais le propriétaire privé du Parc Zucotti, où les indignés de Wall Street ont dressé un camp de toiles, affirme que le site doit être nettoyé en raison des conditions d'hygiène qui se dégradent.

Pour les manifestants, c'est un faux prétexte qui cache la volonté de les déloger. «Il semble probable que ce soit leur tentative pour mettre fin à #OWS (Occupy Wall Street) pour de bon», dénoncent-ils dans un communiqué diffusé jeudi. «Nous, nous savons où se trouve la véritable crasse: à Wall Street. Nous ne laisserons pas Bloomberg et le NYPD (ndlr, la police new-yorkaise) hypothéquer notre occupation. C'est une occupation, pas un pique-nique autorisé», insistent-ils.

Vers des affrontements violents?

Escortés par la police, des représentants de Brookfield Office Properties, le propriétaire du parc, se sont rendus jeudi auprès des centaines de manifestants qui occupent les lieux pour les prévenir.

Ils ont souligné que le parc serait nettoyé puis rouvert au public conformément aux règles en vigueur, qui interdisent spécifiquement d'y camper, d'y installer des sacs de couchage, d'y conserver des biens personnels ou même de s'allonger sur le sol. Toutes choses que les indignés font depuis leur arrivée, le 17 septembre.

La police new-yorkaise a indiqué qu'elle garantirait l'ordre public tout en précisant qu'il appartenait à Brookfield Office Properties de faire respecter les règles et usages en vigueur dans son parc.

«Je redoute une émeute», affirmait jeudi Lauren DiGioia, 26 ans, qui campe au Zuccotti Park depuis une semaine et participe à l'organisation du campement sauvage.

Le mouvement Occupy Wall Street, parti du centre financier de Manhattan, a fait tache d'huile à travers les Etats-Unis, où la mobilisation touche plus de 1.400 villes, selon le collectif Occupy Together, qui recense sur internet les initiatives locales.

Il touche aussi les campus des lycées, où des rassemblements de solidarité devaient avoir lieu jeudi dans plus de 140 établissements répartis dans la moitié des 50 Etats du pays. A New York, plusieurs centaines de personnes ont été arrêtées, notamment en marge de l'occupation temporaire du pont de Brooklyn. Les forces de l'ordre ont également procédé à des dizaines d'interpellations à Boston, Washington, Chicago ou San Francisco.

Mots-clés :

  • Aucun mot-clé