Une naissance a une influence « plutôt négative » sur le bien-être du couple.
Une naissance a une influence « plutôt négative » sur le bien-être du couple. - PETILLOT / SIPA

étude L'Insee a demandé à 10 000 ménages de s'évaluer

L'argent ne fait pas seul le bonheur des Français. Mais il y contribue, à en croire l'Insee. L'Institut national de la statistique a dévoilé hier les résultats d'un exercice inédit, réalisé l'an dernier : la mesure du bien-être « subjectif » de la population. L'idée vient du rapport Stiglitz, présenté en 2009 à Nicolas Sarkozy, qui recommandait de prendre en compte des éléments non financiers pour mesurer le progrès social d'une société. Si certains résultats ne sont pas surprenants, d'autres viennent bousculer quelques idées reçues.

Niveau de diplôme
En s'attribuant une note moyenne de 7,3 sur 10, les Français s'estiment globalement satisfaits de leurs conditions d'existence. Les 10 % des plus riches s'estiment plus satisfaits que la moyenne (ils se donnent une note de 7,8 sur 10), les 10 % des plus modestes sont moins heureux que les autres (ils se donnent une note de 6). Normal, car « la satisfaction augmente toujours avec le niveau de vie », éclaire Fabrice Lenglart, de l'Insee. Mais jusqu'à un certain point seulement. Ensuite, la hausse des revenus « joue moins » sur le moral qu'avant. D'autres facteurs gagnent en importance : santé, situation familiale, taille du logement, conditions de travail, etc.
Le niveau du diplôme joue également sur le degré de satisfaction : « Plus il est élevé, plus il assure un bon revenu », explique Fabrice Lenglard. Entre deux employés qui gagnent le même salaire, le moins diplômé est le plus heureux. En cette période de crise, « on peut penser que certains diplômés s'estiment surqualifiés pour les métiers qu'ils occupent », poursuit le statisticien.
Dernier élément surprenant : l'arrivée d'un enfant au sein d'un couple a une influence « plutôt négative » sur le bien-être de celui-ci. L'Insee se garde bien d'expliquer ce phénomène. Fabrice Lenglard suggère simplement qu'une naissance « procure beaucoup de joie, mais implique aussi un bouleversement profond » de la vie de ses parents.

Mots-clés :

  • Aucun mot-clé