Nicolas Sarkozy et Angela Merkel en juin 2011 à Bruxelles.
Nicolas Sarkozy et Angela Merkel en juin 2011 à Bruxelles. - J. THYS / AFP

Avec Reuters

Ils se donnent encore trois semaines. A l’issue de leur entretien sur la crise économique et le sort de la Grèce ce dimanche, Nicolas Sarkozy et Angela Merkel ont affiché leur volonté commune de régler au plus vite les problèmes que rencontre la zone euro. L’Europe devra avoir réglé ses problèmes d'ici au sommet du G20 des 3 et 4 novembre, a ainsi déclaré le président français.

L'accord franco-allemand est «total» sur la nécessité d'apporter des «solutions globales et durables», a-t-il par ailleurs précisé lors d'une conférence de presse commune à Berlin avec la chancelière allemande Angela Merkel.

Un plan qui devrait permettre à la Grèce de rester dans la zone euro

Paris et Berlin, a-t-il notamment précisé, sont «d'accord pour renforcer la structure du capital des banques en Europe». Angela Merkel s’est elle dit prête à recapitaliser les banques. Ils proposeront en outre un certain nombre d'adaptations des traités européens pour accélérer l'intégration de la zone euro, a dit Sarkozy.

«Nous trouverons des solutions qui assureront la stabilité financière de l'Europe et le traitement durable des problèmes», a-t-il souligné, tandis que son homologue germanique a déclaré s’attendre à ce que le plan présenté par la troïka permette à la Grèce de rester dans la zone euro.