Des manifestants devant Wall Street le 17 septembre 2011.
Des manifestants devant Wall Street le 17 septembre 2011. - AFP PHOTO/David Karp

© 2011 AFP

Plusieurs centaines de manifestants ont passé leur première nuit d'"occupation" dans le quartier de Wall Street, à New York, pour protester contre la cupidité, la corruption et les coupes dans les budgets sociaux américains, a constaté dimanche l'AFP.

Les jeunes manifestants, qui veulent faire entendre leur colère à l'encontre d'un système financier qui selon eux favorise les riches et les puissants, ont commencé à manifester samedi. Ils avaient pour objectif d'être encore là lundi à l'ouverture de la Bourse de New York, à 17h heure française.

Une «Place Tahrir américaine»

Ils espéraient "occuper" Wall Street, siège du New York Stock Exchange, mais la police avait bloqué toutes les voies d'accès à la rue symbole de la finance mondiale et aux rues avoisinantes où les plus grandes banques américaines ont leur siège, bien avant l'arrivée des jeunes gens qui avaient été appelés à manifester par plusieurs groupes anarchistes et le magazine en ligne Adbusters.

Certains ont donc passé la nuit à Trinity Place, à quelque 300 mètres de Wall Street, et dimanche en milieu de journée, quelque 200 manifestants y étaient encore rassemblés. Les organisateurs tablaient sur 20.000 personnes. "La seule chose que nous avons en commun, c'est que nous sommes les 99% de la population qui ne tolèrent plus la cupidité et la corruption des 1% restant", indiquait un communiqué des organisateurs sur le site "Occuper Wall Street".

Les organisateurs espéraient transformer Wall Street en une «Place Tahrir américaine», en référence à l'esplanade du Caire où s'étaient rassemblés les manifestants ayant fait tomber le régime du président égyptien Hosni Moubarak en février.