Quels enseignements tirez-vous des chiffres du mois d’août?

La bonne nouvelle, c’est qu’après quatre mois de baisse, les ventes repartent à la hausse. Le marché automobile ne s’effondre pas. Mais je tiens à rappeler qu’août est toujours le mois de l’année le plus tranquille. L’activité est réduite pour les commerciaux et de nombreux concessionnaires sont fermés. En temps normal, les ventes tournent autour de 180.000 unités par mois.

Cette reprise augure-t-elle une fin d’année dynamique?

Non, nous sommes clairement sur une décélération progressive des ventes avec la fin de la prime à la casse. Pour autant, le marché se tasse moins que prévu. Alors que nous tablions sur une chute de 10% des ventes cette année, 2011 devrait se solder par un recul de seulement 8% avec un peu plus de 2 millions de véhicules vendus contre 2,2 millions en 2010.

Pourquoi?

Les particuliers achètent moins de voitures avec la fin de la prime à la casse, mais par contre les entreprises ont décidé cette année de renouveler leur flotte. Très clairement ce sont elles le moteur de la croissance. D’ailleurs, 60 à 80% des ventes de certains modèles d’Audi, de BMW et de Mercedes viennent des commandes d’entreprises.

En août, les voitures françaises ont perdu des parts de marché au profit des marques étrangères. Etes-vous inquiet?

Certes par rapport à août 2010, les immatriculations de PSA Peugeot Citroën ont reculé de 3 %, tandis que celles du groupe Renault ont baissé de 1,4%. Mais ce repli doit être relativisé. L’an dernier, les constructeurs français avaient vendu beaucoup de voitures d’entrée de gamme. Les particuliers profitaient alors de la prime à la casse pour acheter des modèles à petits prix. Cette année, ils se sont tournés vers des modèles plus chers, donc les volumes sont moindres.

Malgré tout, les constructeurs français restent majoritaires avec une part de marché de 55% sur le territoire. L’objectif pour eux est de tenir sur leur marché traditionnel et de trouver des relais dans les pays à forte croissance comme la Russie, le Brésil et l’Inde. Peugeot vient d’annoncer ce jeudi qu'il prévoit d'investir près de 650 millions d'euros dans un nouveau site de production en Inde, dans l'état du Gujarat.
 

 

Mots-clés :

Aucun mot-clé.