Une agence Pôle emploi.
Une agence Pôle emploi. - G. VARELA / 20 MINUTES

ECONOMIE Le nombre de demandeurs d'emploi atteint en France son plus haut niveau depuis février 2000...

La remontée du chômage en France s'est accélérée en juillet pour retrouver un niveau sans précédent depuis plus de 11 ans, montrent les statistiques publiées jeudi par le ministère du Travail et Pôle Emploi.

Le nombre de demandeurs d'emploi en catégorie A (ceux n'ayant exercé aucune activité au cours du mois) en France métropolitaine a augmenté de 36.100 (+1,3%) le mois dernier pour s'établir à 2.756.500. 

Chiffre le plus élevé depuis 2000

Il s'agit du chiffre le plus élevé enregistré depuis février 2000 pour cette catégorie, proche de la définition du chômage par le Bureau international du travail (BIT).

Sur un an, le nombre de chômeurs en catégorie A a progressé de 2,8%, soit 76.200.

En ajoutant les personnes exerçant une activité réduite (catégories B et C), la hausse du nombre de demandeurs d'emploi est ramenée à 0,6%, soit 24.300 personnes de plus en un mois, pour atteindre 4.128.000. En rythme annuel, la progression pour ces trois catégories confondues est de 4,3%.

«Mauvais chiffres»

Le ministre du Travail, Xavier Bertrand, s'est montré optimiste tout en regrettant ces «mauvais chiffres».

«Mais cela n'enlève rien à ma conviction que le chômage va repartir à la baisse», a-t-il déclaré au Figaro.

«Les plans sociaux reculent. Les licenciements économiques ne remontent pas. L'intérim, qui est toujours précurseur, tient bon. Les créations d'emplois sont fortes même si elles sont largement absorbées par la hausse de la population active. Et les mesures que nous avons prises ces derniers mois vont commencer à porter leurs fruits», a-t-il ajouté. «Il n'est pas question de fatalisme».

Tendance inquiétante

Eric Heyer ne partage pas du tout cet optimisme. «Ces mauvais chiffres étaient attendus. Et la tendance ne va pas s’améliorer», explique l’économiste à l’OFCE.

La hausse du nombre de chômeurs s'est en fait accentuée en juillet et atteint 87.400 unités sur les trois derniers mois pour la seule catégorie A.

Et cette tendance touche particulièrement les publics historiquement les plus exposés que sont les plus de 50 ans (+2% en juillet), les moins de 25 ans (+1,4%) et les femmes, quel que soit leur âge (+1,6%).

Le chômage des jeunes recule

Petite consolation pour Xavier Bertrand, le nombre de jeunes au chômage reste en recul de 2,5% sur un an.

Le nombre d'inscrits à Pôle Emploi depuis un an ou plus a quant à lui augmenté de 0,8% par rapport à juin et bondit de 9,2% sur un an.

«L’explosion du chômage de longue durée est très inquiétante. Plus le temps passe, plus il est difficile de retrouver un emploi. Sans compter la diminution des revenus qui engendre à terme une plus grande paupérisation», alerte Eric Heyer.

Les statistiques de juillet confirment ainsi que le redémarrage de l'emploi marchand au premier semestre est loin de suffire à inverser la courbe du chômage.

Croissance en berne

Si elle ne surprend guère deux semaines après l'annonce de la stagnation de l'économie française au deuxième trimestre, cette remontée du chômage après quatre mois de baisse en début d'année constitue un handicap supplémentaire pour le gouvernement dans une période délicate.

Contraint mercredi de revoir à la baisse ses prévisions de croissance pour cette année et la prochaine, il pourrait devoir renoncer à l'objectif d'un taux de chômage inférieur à 9% en fin d'année, encore réaffirmé début juin. Le chiffre du deuxième trimestre sera publié jeudi prochain.

9,6% de chômage fin 2011?

Pour Eric Heyer, cet objectif est irréaliste. Il table d’ailleurs sur un taux de chômage de 9,6% d’ici la fin de l’année.

De son côté, Xavier Bertrand a souhaité dans un communiqué «une mobilisation renforcée pour relever le défi de l'emploi».

Il promet de faire appliquer «dans les jours qui viennent» les mesures adoptées fin juillet par le parlement dans le cadre du projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale.

«De nouveaux secteurs seront ainsi ouverts à l'apprentissage et à la professionnalisation, et de nouveaux dispositifs, comme la prépa-apprentissage qui permet de préparer les jeunes les plus éloignés de l'emploi à une formation en alternance, seront mis en place dans le courant du mois de septembre», précise le ministre.

Mots-clés :

  • Aucun mot-clé