Un homme passe sous un mobil le 2 juin 2011 à la Bourse d'Athènes
Un homme passe sous un mobil le 2 juin 2011 à la Bourse d'Athènes - AFP PHOTO / Louisa Gouliamaki

ÉCONOMIE 'est l'interrogation de l'agence officielle Chine nouvelle ce samedi...

Au terme d'une semaine de gros doutes sur la solidité de la zone euro et de fluctuations erratiques des bourses mondiales, il est légitime de s'interroger sur « ce qui ne tourne pas rond en Occident », a écrit samedi l'agence Chine nouvelle.

« Quand des dizaines de milliards de dollars s'évaporent en un jour mercredi sur les marchés américain et européens après des spéculations selon lesquelles la note du crédit de la France serait en danger et que le président français Nicolas Sarkozy rentrerait d'urgence pour mener une +guerre de défense du crédit+, on ne peut s'empêcher de demander: qu'est-ce qui ne tourne pas rond en Occident? », ajoute l'agence officielle dans un commentaire.

« La panique et les soubresauts des marchés illustrent la fragilité de la confiance des investisseurs dans le monde occidental, après les multiples coups encaissés depuis 2008, parmi lesquels la crise financière qui a débuté aux Etats-Unis, le ralentissement économique qui a suivi et la crise actuelle de la dette en Europe », a-t-elle ajouté.

Il est temps que les Etats-Unis et l'Europe « agissent dans l'intérêt fondamental de la communauté internationale tout entière », en prenant les mesures leur permettant de retrouver une bonne santé économique et d'assainir leur budget, a souligné Chine nouvelle.

Très préoccupée par tout risque de déstabilisation de son économie, la Chine, premier créancier étranger des Etats-Unis, a depuis le début de la crise des dettes souveraines fustigé vertement Washington. La Chine détenait en mai quelque 1.160 milliards de dollars de bons du Trésor américains.

Les pays concernés par les problèmes de dette et de déficit doivent adopter des politiques « monétaires et budgétaires concrètes et responsables » afin de rétablir la confiance des marchés, a par ailleurs déclaré cette semaine le Premier ministre chinois Wen Jiabao.

 

Mots-clés :

  • Aucun mot-clé