Pourquoi la dette des Etats-Unis inquiète

FINANCE Ils pourraient perdre leur meilleure note...

Elsa Meyer

— 

Le congrès américain à Washington en 2004.

Le congrès américain à Washington en 2004. — WITT/SIPA

Depuis plusieurs mois, les agences de notation s’inquiètent de l’envolée de la dette américaine. Et Moody’s a menacé jeudi les Etats-Unis de leur faire perdre leur meilleure note, AAA, d’ici le mois de juillet.  20Minutes fait le point sur la situation. 

Pourquoi Moody’s pourrait-il rétrograder la note des Etats-Unis?

Moody's a annoncé jeudi qu'il y avait un risque en hausse que les Etats-Unis fassent défaut sur leur dette. Car les discussions entre le gouvernement et le Congrès sur une augmentation du plafond de la dette sont dans l’impasse

Si aucun accord n’est pas trouvé d’ici le mois d’août, le pays ne pourra plus emprunter de l’argent sur les marchés et sera donc dans une situation de défaut de paiement.

Pour quelles raisons les discussions n’aboutissent pas?

Depuis le printemps, les États-Unis ont explosé le plafond de la dette, fixé actuellement à 14.300 milliards de dollars. Ce dernier a déjà été relevé en janvier mais Barack Obama a demandé au Congrès une nouvelle hausse.

Mais les élus républicains, qui ont repris le contrôle de la Chambre des représentants au début de l’année, refusent de la voter sans la mise en place d’un plan de rigueur drastique. Le déficit public est attendu 10,9% du PIB cette année, un niveau jamais atteint depuis la fin de la Seconde guerre mondiale.

Le gouvernement et les démocrates ne veulent pas cependant engager de telles mesures d’austérité en ce moment.

Les Etats-Unis peuvent-ils faire défaut sur leur dette?

En pratique, il est très peu probable que les Etats-Unis fassent défaut sur leur dette. Moody’s a elle-même reconnu que le risque était faible. Les responsables démocrates ont assuré vendredi que le Congrès allait trouver une solution pour relever le plafond de la dette.

Car si un accord n’est pas trouvé d’ici le 2 août, cette situation pourrait paralyser l’économie américaine. En 1995, les républicains avaient déjà refusé de voter la hausse du plafond de la dette voulue par Bill Clinton. Plusieurs pans entiers de l’administration n’avaient pas pu fonctionner pendant plusieurs semaines.