Le riche, le pauvre et le médian: Portraits du portefeuille de trois Français

ÉCONOMIE elon leurs revenus et leurs patrimoines...

Thibaut Schepman

— 

Bulletin de salaires, le 19 janvier.

Bulletin de salaires, le 19 janvier. — DURAND FLORENCE/SIPA

Le fossé entre les Français les plus riches et les plus modestes s’est encore creusé ces dernières années, selon une étude publiée jeudi par l’Insee. Qui gagne combien en France? 20Minutes fait le point pour trois «déciles de revenus» (tranches de 10% de la population, soit 6,5 millions de personnes, classées selon leurs revenus) : les plus hauts revenus, les plus bas, et les revenus «médians».

Les 10% aux plus bas revenus, moins de 876 euros par mois.

Le premier décile de revenu, c’est à dire les 10% des Français aux plus faibles revenus, gagnent moins 10.520 euros par an en 2008. Un montant en hausse de 2,2% par rapport à 2007. Sont-ils pauvres? Tout dépend d’abord de l'outil de mesure. En France, l’Insee considère que l’on est pauvre si l’on touche moins de 50% du salaire médian, soit 790 euros. En Europe, le taux considéré est de 60%, soit 948 euros. En dehors de ce débat statistique, on peut conclure qu’une grande partie de ce décile de revenu a un niveau de vie proche du seuil de pauvreté.

Ces Français sont aussi les moins biens pourvus en patrimoine. Parmi ce décile de la population, on trouve 27% des personnes n’ayant pas de patrimoine du tout et 20% de ceux qui ont un patrimoine modeste. Enfin, très peu sont propriétaires de leur résidence. Ce qui plombe également leur budget: les ménages à bas revenus consacrent en effet jusqu’à 44% de leur budget au logement.

Le Français «médian», 1.580 nets par mois.

Si, en additionnant l’ensemble de vos revenus, vous touchez 1580 euros nets par mois, vous êtes le Français «médian». C’est-à-dire que la moitié des Français gagne moins que vous, et que l’autre moitié gagne plus que vous. Ce mode de calcul permet de lisser les extrêmes, et est donc plus représentatif que le salaire moyen.

Mais les Français qui gagnent ce niveau de revenus ne sont pas égaux. C’est en effet dans le décile médian (entre 1425 et 1580 euros par mois) que l’on trouve les profils de patrimoine les plus variés. Les membres de ce décile sont un peu moins nombreux que la moyenne à n’avoir pas du tout de patrimoine (seul 6% de l’ensemble des Français dépourvus de patrimoine se trouvent dans cette catégorie). De même, peu ont investi dans un second logement (seul 7% de l’ensemble des Français ayant investi dans la pierre se trouve dans cette catégorie).

Par contre, ils sont un peu plus nombreux que la moyenne à avoir une assurance-vie, ou à être propriétaire de leur résidence principale. Ce qui, à revenu égal, marque une très grande différence.

Les Français aux plus hauts revenus, plus de 2.960 euros par mois

Les 10% des Français aux plus hauts revenus ont un niveau de vie supérieur à 2.960 euros par mois. Et ces Français ont aussi un patrimoine plus important que la moyenne. Ainsi, seul 3% des Français qui n’ont pas de patrimoine du tout gagnent plus de 2.960 euros. Au contraire, 20% des Français qui ont plusieurs livrets d’épargne mais aussi d’autres placements, et 20% de ceux qui sont propriétaires d’une ou plusieurs résidences, ainsi que d’autres placements, appartiennent à cette catégorie.

En prime, ce patrimoine gonfle leurs revenus. Ainsi, 30% de leurs revenus sont issus de leur patrimoine, beaucoup plus que dans le décile suivant, où la part tombe à 12%. Et bien sûr beaucoup plus encore que le Français aux revenus médians dont 5% en moyenne des revenus sont issus du patrimoine. 

Les très haut revenus ont beaucoup augmenté

Même dans le dernier décile, la catégorie des plus hauts revenus, il existe de grandes disparités. Ainsi, les 1% des Français aux plus hauts revenus ont vu leurs revenus croître de 9,6% entre 2004 et 2008, contre 2% seulement de hausse pour l’ensemble du décile. Pour le dernier millime de revenus (0,1% les plus riches), ce taux est de 18,9%, et il dépasse même les 32% pour le dernier dix-millime (0,01% des Français).

Mots-clés :