La sortie de l'iPad 2 compromise par le séisme au Japon?

HIGH-TECH Plusieurs composants de la tablette d'Apple sont produits dans l'archipel...

E.M.

— 

L'iPad 2 d'Apple présenté en mars 2011.

L'iPad 2 d'Apple présenté en mars 2011. — Jeff Chiu/AP/SIPA

Le séisme et le tsunami au Japon pourraient compromettre la sortie mondiale de l’iPad 2 prévue pour le 25 mars. Une partie des pièces de la nouvelle tablette d’Apple arrive tout droit de l’archipel.

>> Retrouvez le dossier de 20minutes.fr sur la catastrophe au Japon

Cinq fournisseurs

Selon une étude du cabinet IHS iSuppli, cinq fournisseurs au moins sont concernés: Toshiba, Elpida Memory, AKM Semiconductor, Asahi Glass et Apple Japan.

Même si certains d’entre eux «ont indiqué que leurs sites n'avaient pas subi de dommages, la livraison de composants par toutes ces entreprises va sans doute être touchée au moins dans une certaine mesure par les problèmes logistiques touchant la plupart des industries dans la zone du tremblement de terre», indique IHS iSuppli.

Des difficultés liées à des problèmes d’approvisionnement pour certains matériaux, aux coupures d’électricité ou à l’impossibilité pour les employées de venir travailler.

Made in Japan

Apple pourrait  se fournir chez des concurrents américains ou coréens pour certains composants. Mais pour d’autres, en revanche, le made in Japan est indispensable. Selon IHS iSuppli, les batteries de l’Ipad 2 sont ainsi produites par Apple Japan dont le haut niveau de technicité n'existe pas ailleurs dans le monde.  

Ces difficultés tombent mal pour la marque à la pomme qui doit augmenter sa production en raison d’une demande beaucoup plus forte que prévue pour sa nouvelle tablette. La société de Steve Jobs a déjà annoncé il y a quelques jours qu’elle devait reporter d’une semaine le délai de livraisons pour les iPad 2 achetés sur l’Apple Store.

Apple, qui n'a pas souhaité s'exprimer sur les conséquences de la catastrophe sur sa production, a annoncé mardi le report du lancement de l'iPad 2 dans l'archipel nippon.

Une porte-parole d'Apple a affirmé à Reuters que cette décision n'avait rien à voir avec une éventuelle pénurie de composants.

Mots-clés :