Bulletin de salaires, le 19 janvier.
Bulletin de salaires, le 19 janvier. - DURAND FLORENCE/SIPA

FISCALITÉ près un «bug», la dernière enquête quadriennale de l'Insee met un terme à la polémique...

Nouveau rebondissement dans la bataille que se livrent la France et l’Allemagne sur le coût du travail. En janvier dernier, un rapport remis au ministère de l’Industrie par l’institut COE-Rexecode indiquait que le coût de la main d’œuvre était plus élevé en France qu'en Allemagne. Il chiffrait le coût horaire de travail d’un salarié français à 37,41 euros, contre 33,37 euros en Allemagne, en s’appuyant sur des travaux en cours de l’Insee.

33,16 euros de l’heure

Sauf que cette version de travail comprenait «un bug», une sous-estimation du nombre d’heures travaillées. L’Insee a remis ce lundi la version définitive de son enquête sur le coût de la main d’oeuvre publiée tous les quatre ans. Et cette enquête invalide complètement les hypothèses du COE-Rexecode. «En 2008, le coût horaire du travail s’établit en France à 33,16 euros dans l’industrie manufacturière», note l’Insee. Soit moins que le coût horaire d’un salarié allemand, et beaucoup moins que les 37,41 euros avancés par l’institut COE-Rexecode.

Depuis 2004, le coût du travail a augmenté de 12,3%, une évolution «comparable à celle mesurée par l’indice européen du coût du travail», note enfin l’institut. Interrogé par Libération, Gilles Koléda directeur des études de COE Rexecode reconnaît l’erreur mais ajoute que ces nouveaux résultats «n’enlèvent rien au fait que l’écart se resserre entre les deux pays, alors que la France avait encore un avantage de près de 15% il y a dix ans».

>> Relire l’interview de l'économiste Philippe Askenazy : «C’est l’économie allemande qui est une anomalie, non la France»...

Mots-clés :