G20: Les cinq grands dossiers sur la table du G20

6 contributions
Publié le 18 février 2011.

FINANCE - La réunion commence vendredi soir à l'hôtel Marigny..

Cinquante-cinq ministres des Finances et banquiers centraux des 20 pays avancés et émergents les plus influents du monde se réunissent dès vendredi soir à Paris. Ils entament officiellement les travaux sur les thèmes choisis par la présidence française du G20. Tour d’horizon des dossiers abordés.

>> Comment la France accueille les grands argentiers de la planète, à lire sur 20minutes.fr...

Mesurer les déséquilibres économiques mondiaux

C’est le thème de prédilection de Christine Lagarde. La ministre des Finances, qui chapeaute la présidence française, souhaite un accord des participants sur «les instruments de mesure des déséquilibres économiques mondiaux». Car aucun outil n’a permis d’anticiper la crise qui frappe l’économie depuis 2008. Et les signaux manquent encore aujourd’hui pour s’assurer que la croissance mondiale d’aujourd’hui ne porte pas en elle les déséquilibres de la crise de demain.

«La Chine économise et exporte, l'Europe consomme, les Etats-Unis empruntent et consomment. Est-ce que ce modèle est bien équilibré? Probablement pas», a résumé lundi Christine Lagarde. «Notre espoir c'est de parvenir à des indicateurs dès samedi prochain», a même précisé la ministre. Sauf que chacun tentera intérêt de défendre ses intérêts: la très exportatrice Allemagne ne veut pas de limite à la balance commerciale des Etats, tandis que la Chine refuse toute restriction sur les réserves de change, puisqu’elle dispose du plus grand stock de devises du monde, près de 3.000 milliards de dollars.

Lutter contre la volatilité des marchés de matières premières                               

La France espère aussi faire avancer sa cause sur la régulation des marchés de matières premières, dont elle déplore la volatilité et la financiarisation croissantes. Elle se défend de vouloir «administrer» ces marchés, mais sa démarche irrite les grands exportateurs agricoles, comme le Brésil ou le Canada.

>> Comment fonctionne la spéculation alimentaire? Fait-elle grimper les prix? Les explications de 20minutes.fr...

Financer le développement

La France proposera également la création d'une taxe sur les transactions financières, malgré l'opposition de certains, a confirmé lundi la ministre française des Finances, Christine Lagarde. Un énième rebondissement pour ce serpent de mer de la finance, dont Nicolas Sarkozy voudrait faire le socle de l’aide au développement des pays du Sud.

>> Taxer les transactions financières: la vieille idée de l'extrême gauche au menu du G20...

Réformer le système monétaire international

L’enjeu politique français l’a quelque peu éclipsé, mais Dominique Strauss-Kahn est surtout attendu en France pour porter un projet de réforme du système monétaire international. Le but est notamment de donner à nouveau plus de poids dans le FMI à la Chine, en élargissantt la part du yuan dans le panier des «droits de tirage spéciaux» du Fonds. Mais Christine Lagarde a clairement annoncé que le G20 ne ferait qu’amorcer le processus sur cette question.

Thibaut Schepman
publicité
publicité
publicité

publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr