Qu'est-ce qu'une Sicav?

EPARGNE Son nom est connu de tous, mais son concept échappe encore à la plupart d’entre nous. Petit décryptage de la Sicav...

Romain Gouloumès

— 

La bourse est une fieffée ingrate. Vous pouvez y mettre tout votre temps et la moitié de votre pécule, les cours n’en font toujours qu’à leur tête. Autant alors confier ses deniers au gestionnaire d’une Société d'investissement à capital variable (Sicav). L’un des rejetons les plus connus de la grande famille des OPCVM (Organisme de Placement Collectif en Valeurs mobilières), est aussi parmi les plus efficaces.

La Sicav permet de casser sa tirelire en n'ayant à l'esprit que l'orientation du placement. C’est également une façon plus sûre d’investir: la société lisse les risques encourus lorsque l’une de ses valeurs est patraque grâce à la diversité, et la multiplicité, de ses investissements.

La Sicav est gérée par une banque, une compagnie d'assurance ou une société de bourse. Lorsque l’on investit dedans, on devient actionnaire. Avec les fonds déposés par ces mêmes actionnaires, le gestionnaire de la Sicav se charge de son côté de constituer et de gérer des portefeuilles composés de valeurs dites mobilières, c'est-à-dire des actions et des obligations.

Allègements fiscaux...

On distingue quatre profils de Sicav (diversifiée, actions, obligations, court-terme et trésorerie). La Sicav diversifiée est le choix conseillé aux débutants en bourse, car le plus sécurisé. Mais, au bout du compte, la rentabilité d’une Sicav dépend surtout du niveau de son gestionnaire.

Fiscalement, les Sicav ont tout pour plaire. Les revenus qu’elles apportent n’échappent pas à l’impôt mais permettent de bénéficier des allégements fiscaux selon la nature et l’origine des titres détenus. Si les actions sont françaises, avant de remplir sa déclaration d’impôts sur le revenu, l’actionnaire peut bénéficier d’un abattement de 40% du montant distribué par sa Sicav et d’un deuxième abattement annuel de 1.525 euros pour une personne seule, 3.050 euros pour un couple. Quant aux plus-values réalisées lors de la vente de parts, elles sont tout simplement exonérées (sauf 12,1% de prélèvements sociaux). Tant que, sur l’année, le total des cessions reste sous la barre des 25.830 euros.

Au moment de souscrire à une Sicav, l’épargnant doit cependant tenir compte des frais d’entrée et de sortie, qui peuvent s’élever jusqu’à 4,75% de l’investissement, et des frais de gestion, d’environ 1%.

Mots-clés :