Approvisionnement en carburant: où en est-on?

4 contributions
Publié le 26 octobre 2010.

SOCIAL - La situation s'améliore doucement dans l'hexagone...

Alors que les premiers raffineurs ont voté la reprise du travail, lundi, chez Esso à Fos-sur-Mer et à Port-Jérôme-Gravenchon, les pompes connaissent encore quelques couacs, ce mardi, après deux semaines de paralysies des 12 raffineries hexagonales. 20minutes.fr fait le point.

Où en est-on pour les stations-service?
Selon Jean-Louis Borloo, l'objectif de 80% des stations-service approvisionnées en carburants ce mardi «sera tenu». Il avait lui-même fixé ce chiffre lundi soir lors d'une conférence de presse. Le ministre de l'Ecologie a toutefois reconnu encore «quelques difficultés, notamment dans les zones rurales qui sont à distance des dépôts».

En milieu de journée, le président de l'Union française des industries pétrolières, Jean-Louis Schilansky, avait quant à lui évoqué une situation «stabilisée» autour de «20 à 25%» de stations en manque de carburant. Sachant que les actions visant des dépôts de pétrole sont très limitées cette semaine.

>> Retrouvez la carte participative de 20minutes.fr par ici

Et pour les vacances de Toussaint?
«Pour le week-end de la Toussaint, le surapprovisionnement (des stations) est prévu et le travail se fera lundi» bien que ce soit un jour férié, a indiqué Jean-Louis Borloo.

Dans combien de temps les raffineries vont-elles vraiment refonctionner?
Les raffineries où du personnel est réquisitionné et celles qui ont voté la fin de la grève recommencent à tourner. Mais la remise en route d'une raffinerie arrêtée est une tâche complexe nécessitant plusieurs jours. Il faut remettre progressivement en route les différents ateliers dans lesquels se déroulent les étapes nécessaires à la production. Concrètement, le pétrole ne devrait pas sortir des raffineries avant trois à sept jours là où la grève est levée, sous réserve d'ailleurs que les établissements soient correctement approvisionnés en pétrole brut.

«On redémarre les unités les unes après les autres. Tout se tient dans une raffinerie, c'est comme un château de cartes. Si vous tirez un fil, ça a une influence sur les autres unités», explique Manu Lépine, coordonnateur CGT chez ExxonMobil: «Par exemple, pour l'hydrogène, si telle unité est productrice d'hydrogène, et telle autre consommatrice, il faut les "monter" en même temps».

O.R. avec AFP
Newsletter
HIGH-TECH

Recevez une fois
par semaine
toute l'actualité high-tech

publicité
publicité
publicité

publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr