La mystérieuse arrivée de LMVH au capital d'Hermès

3 contributions
Publié le 26 octobre 2010.

LUXE - L'Autorité des marchés financiers va vérifier la régularité de cette affaire...

L’arrivée de LVMH dans le capital d’Hermès suscite bon nombre d’interrogations. L’Autorité des marchés financiers a annoncé lundi qu’elle allait vérifier la régularité de cette entrée fracassante.

Hermès affirme avoir appris la nouvelle samedi une heure avant la publication du communiqué de LVMH. Le groupe de luxe détenu par le milliardaire Bernard Arnault a annoncé posséder 14,2% du capital de son concurrent.

Et ce pourcentage devrait bientôt monter à 17,1% grâce à des actions convertibles. LVMH devient ainsi le principal actionnaire individuel d’Hermès. Les héritiers du fondateur contrôlent toujours près de 75% du capital.

Question sur cette arrivée

LMVH a assuré qu’il ne comptait pas prendre le contrôle du groupe ou lancer une OPA. Mais la famille Hermès a réuni lundi un conseil de guerre face à ces «mouvements non sollicités sur le capital», explique un communiqué.

Car tout le monde s’interroge sur la manière dont LVMH a obtenu ces actions. Et sur ses intentions.

Selon les dispositions légales, une déclaration de franchissement de seuil est obligatoire auprès de l'Autorité des marchés financiers (AMF) dès qu'une société ou une personne acquiert 5% du capital d'une entreprise. Mais aucune déclaration de ce type n’a jusqu’ici été faite auprès de l'AMF. LVMH a pourtant assuré lundi s'être «conformé scrupuleusement à la réglementation boursière française».

Autre question en suspens: «compte tenu du prix moyen d'acquisition déclaré autour de 80 euros, l'accumulation a eu lieu nécessairement il y a très longtemps» a estimé le directeur général adjoint d’Hermès Patrick Albaladejo.

Unité de la famille

Face à cette nouvelle, la famille a réaffirmé son unité. Elle assure n’avoir vendu aucune action à LVMH et de ne pas envisager de céder son capital. L'avenir du groupe fait cependant l'objet de nombreuses spéculations depuis la mort en mai de son dirigeant charismatique Jean-Louis Dumas.

Personne ne connaît encore les ambitions de LVMH. Cette opération lui permet en tout cas de se repositionner dans la mode et la maroquinerie où le numéro un mondial du luxe n’est représenté que par la marque Louis Vuitton.

Mais si Bernard Arnault «n'est pas pressé en soi de monter au capital d'Hermès, il est clair que cette prise de participation est hautement stratégique», selon Mérav Atlani, analyste au CM-CIC. Interrogé par l’AFP, un autre analyste estime que LVMH ne se contentera jamais de 17%: cela fait trop longtemps qu'il veut son concurrent.

E.M.
publicité
publicité
publicité

publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr