Le logo du géant pétrolier British Petroleum.
Le logo du géant pétrolier British Petroleum. - M. Dunham/AP/SIPA

E.M.

A peine la fuite de pétrole colmatée dans le golfe du Mexique que BP doit s’attaquer à un nouveau problème: l’addition gigantesque de la marée noire. Pour alléger la facture, le géant pétrolier veut notamment la partager avec ses partenaires. Une proposition que ces derniers ont très froidement accueillie. 

1,67 milliard de dollars

D’après les dernières estimations de Crédit Suisse, la catastrophe pourrait coûter à BP jusqu’à 37 milliards de dollars. Le groupe est donc à la recherche d’argent frais. Il a déjà annoncé la vente de près de 20 milliards de dollars d’actifs. 

Mais il a aussi demandé à ses deux partenaires dans la région, le japonais Mitsui et l'américain Anadarko, de payer leur part: ils possédaient chacun une partie du puits de pétrole sous-marin à l'origine de la marée noire.

Deux factures

Les deux groupes ont déjà reçu leur facture: 479 millions de dollars pour le japonais et 1,191 milliard de dollars pour l’américain.

Au total, BP leur réclame donc 1,67 milliard de dollars, soit plus des 35% des sommes déjà déboursées par le géant britannique depuis l’explosion de la plateforme Deepwater Horizon en avril dernier.

Et BP a prévenu qu’il pourrait leur demander bien plus. Le groupe pétrolier considère que ses partenaires sont aussi responsables de tous les coûts qui pourraient survenir ultérieurement, notamment en matière de justice.

Paiement mis en attente

Mitsui et Anadarko n’ont cependant aucune intention pour l’instant de débourser le moindre dollar. Dans un document remis aux autorités américaines des marchés mardi, Anadarko indique avoir «mis en attente » tout paiement à BP «avant la finalisation de plusieurs enquêtes sur les causes de l'explosion du puits et la fuite d'hydrocarbures qui s'en est suivie».

Même discours du côté de Mitsui. «Nous allons continuer de différer le règlement des factures jusqu'à ce que les causes de l’accident soient complètement révélées», a déclaré à l'AFP un porte-parole de Mitsui Oil Exploration, maison mère de la société Moex Offshore.

BP est en revanche beaucoup plus vindicatif. «Nous utiliserons tous les moyens à notre disposition» pour que les factures soient payées a menacé un porte-parole du groupe. Le bras de fer financier ne fait que commencer.