Une ampoule à incandescence.
 Une ampoule à incandescence. - Photo Flickr CC/ By Eisenheim

ÉNERGIE a hausse sera en moyenne de 3,4%...

C’est officiel, les prix de l’électricité vont augmenter en moyenne de 3,4% le 15 août prochain. Le ministère de l'Ecologie et de l'Energie l’a annoncé mardi à l’AFP et la nouvelle ne devrait pas réjouir les consommateurs.

94% de consommateurs

Car l’augmentation va concerner les 94% de Français soumis actuellement aux tarifs réglementés proposés par EDF.

Les tarifs bleus (clients particuliers) vont connaître une hausse de 3%, les tarifs bleus pros (artisans, professions libérales) de 4%, les tarifs jaunes (PME-PMI) de 4,5% et les tarifs verts (grandes entreprises) de 5,5%, a précisé le ministère.

Révisés traditionnellement chaque 15 août, ces tarifs sont fixés conjointement par le ministère de l'Energie et celui de l'Economie. La Commission de régulation de l'Energie (CRE), autorité de régulation du secteur, rend un avis purement consultatif sur ces révisions tarifaires.

Investissements

Cette hausse vise à «prendre en compte l’augmentation du rythme des investissements dans les réseaux et le parc de production», indique le ministère.  

La mesure «se décline de façon différenciée» pour prendre en compte les abonnements qui favorisent les «comportements vertueux» et incitent à consommer moins d’énergie ou pendant des heures de faible consommation.

Comparaison européenne

Après une hausse de 2,3% en moyenne en août 2009 et de 2% en 2008, la pilule risque de mal passer auprès des Français. Le ministère n’a donc pas manqué de rappeler que les prix pratiqués dans l’Hexagone étaient parmi les plus bas d’Europe.

Selon l'institut européen des statistiques Eurostat, l'électricité française était ainsi 5% moins chère que la moyenne européenne fin 2009. En tenant compte des différences de pouvoir d'achat entre pays, l'électricité française est la deuxième moins chère d'Europe après la Finlande.

Précarité énergétique

Mais cette nouvelle augmentation des tarifs risque toutefois d’aggraver la précarité énergétique. Selon le médiateur de l’énergie, environ 3,4 millions de ménages sont dans cette situation, c'est-à-dire dépensent plus de 10% de leurs revenus à régler leurs factures de gaz ou d’électricité. 

Le gouvernement a donc indiqué qu’il allait bientôt renforcer le dispositif de tarif de première nécessité. Il compte notamment proposer «une aide supplémentaire sur l'abonnement et la consommation d'électricité des ménages éligibles de 10%».

Mots-clés :

  • Aucun mot-clé