Le secrétaire d'Etat chargé de la Fonction publique, Georges Tron, le 30 mars 2010 à l'Assemblée nationale.
Le secrétaire d'Etat chargé de la Fonction publique, Georges Tron, le 30 mars 2010 à l'Assemblée nationale. - AFP / BERTRAND LANGLOIS

FONCTION PUBLIQUE C'est Georges Tron qui l'assure...

Alors que plusieurs pays européens ont annoncé des restrictions budgétaires visant notamment leurs fonctionnaires, le secrétaire d'Etat chargé de la Fonction publique, Georges Tron, a assuré ce mercredi sur France Info qu'il n'était «pas question» d'une baisse ou d'un gel des rémunérations des fonctionnaires français.

«La France ayant plutôt mieux géré» la crise, «il n'est pas question d'évoquer ce qui se passe dans à peu près la majorité des pays européens, à savoir la baisse des rémunérations et ensuite leur gel», a affirmé le secrétaire d'Etat, qui rencontrera les syndicats sur le sujet à la fin juin. «On n'est pas du tout dans cette actualité là», a-t-il insisté.

Augmentation de 0,5% en 2009

Lors des dernières négociations salariales triennales, avait déjà été acté l'augmentation de 0,5% du point d'indice (point d'augmentation générale, qui sert de base au calcul du salaire des fonctionnaires) au 1er juillet.

«On aura une discussion pour voir très précisément où on en est, on verra quelle est l'augmentation ou la stabilisation du point d'indice. On regardera quelle est la différence entre le point d'indice et le pouvoir d'achat des fonctionnaires», a indiqué Georges Tron. Selon lui, en 2009, «le point d'indice a augmenté de 0,5%, et le pouvoir d'achat de plus de 3%».


Mots-clés :