Temps de travail: la France n'est pas une exception en Europe

Souvent perçue comme le pays où l'on travaille le moins, la France est pourtant loin d'être une exception en Europe, selon une étude de l'Insee publiée mercredi.

Elsa Meyer

— 

"Le problème de la France n’est pas que nous travaillons trop, mais qu’on ne travaille pas assez". La phrase est signée Nicolas Sarkozy lors de ses vœux aux forces économiques à Cholet le 6 janvier dernier.

Avec le débat très polémique autour des 35h, les travailleurs français sont souvent perçus comme ceux qui travaillent le moins. Mais ils sont pourtant loin d'être une exception en Europe, selon la dernière étude de l'Insee publiée mercredi.

Une diminution générale

Depuis soixante ans, tous les pays développés ont connu une baisse moyenne de 25% de leur temps de travail, selon l'Institut, en raison notamment de la salarisation croissante de la population active, de gains de productivité et du développement du temps partiel.

Avec 1.559 heures passées au bureau en 2007, la France se situe au niveau de la moyenne des principaux pays de l'UE étudiés par l'Insee (1.564 heures).

"Il n'y a pas d'exception française du temps de travail, nous ne sommes pas du tout ceux qui travaillent le moins dans le monde", affirme Mathieu Plane, économiste à l'Observatoire français des conjonctures économiques de Sciences-Po (OFCE).

"Pas d'exception française"

Les Pays-Bas arrivent ainsi bons premiers de ce classement de la durée de travail en Europe. En soixante ans, les travailleurs néerlandais ont passé 887 heures de moins au bureau, à 1.413 heures annuelles.

Et l'Allemagne, pourtant souvent citée comme un exemple de compétitivité économique, est en deuxième position, juste devant la France. En 2007, les Allemands ont travaillé 1.432 heures, soit 127 heures de moins que les Français.

Comme pour les Pays-Bas, la hausse du temps partiel explique en grande partie ces chiffres. 47% de la population active néerlandaise et 26% de celle allemande étaient ainsi dans cette situation en 2007, contre 17% pour la France.

Un "faux débat"

"Dans notre pays, on parle beaucoup du temps de travail mais c'est un faux débat ! L'Allemagne est plus compétitive que nous alors même qu'elle travaille moins. La compétitivité d'un pays ne se résume pas pas aux nombres d'heures passées au bureau", analyse Mathieu Plane.

"Le vrai problème en France n'est pas le temps de travail mais le taux d'emploi. Il est l'un des plus faibles d'Europe, notamment chez les jeunes et les seniors", explique-t-il.

D'après l'Insee, le taux d'emploi français atteignait ainsi 63% de la population en 2007, contre 67% en Allemagne, 72% au Royaume-Uni et aux Pays-Bas, et 74% en Suède.

Mots-clés :

Aucun mot-clé.