Une très mauvaise surprise. Les salariés de l'usine Philips EGP à Dreux (Eure-et-Loir) n'ont pas pu se rendre à leur travail hier matin, la direction leur ayant signifié, par lettre recommandée samedi, la fermeture du site. Depuis le mois d'octobre, elle avait annoncé sa volonté de cesser la production dans ce site d'assemblage de téléviseurs à écran plasma, qui a déjà perdu 350 emplois en 2005 et 279 en 2008, en raison de pertes importantes. Mais, les 212 salariés ne s'attendaient pas à ce que la fermeture du site intervienne si tôt et n'ont d'ailleurs toujours pas reçu leur lettre de licenciement, qui devrait leur parvenir dans une quinzaine de jours.

Partagés entre résignation et colère, les salariés ont dénoncé une « méthode de cow-boy ». Selon Dominique Maillot, secrétaire général de l'union locale FO, les dirigeants « ont voulu priver les salariés de toute action syndicale ». Mais, de son côté, la direction estime que la consultation des instances du personnel est terminée. Pour riposter, les délégués syndicaux ont entamé une action en justice contre la direction. Ils ont reçu le soutien du PS, de la CGT et du NPA, qui ont réclamé des sanctions. De son côté, le ministre de l'Industrie, Christian Estrosi recevra, dans la semaine, les syndicats et la direction du site. W

Mots-clés :

Aucun mot-clé.