Le cours de l'action UAL, le 8 septembre 2008, à la bourse de New-York.
Le cours de l'action UAL, le 8 septembre 2008, à la bourse de New-York. - Yahoo Finances

MEDIAS Un article du vénérable «Chicago Tribune», daté de 2002, narrant les risques de «faillite» de la compagnie aérienne est soudainement remonté à la surface...

C'est le genre d'histoire qui pourrait devenir le lot commun de l'ère hypermédiatique dans laquelle nous entrons. En quelques minutes lundi, le cours de l'action d'UAL, maison-mère d'United Airlines, deuxième compagnie aérienne mondiale, a fondu de 75% à la bourse de New-York. En cause, un incroyable bug dans le circuit de l'information.

Lundi matin, un article du vénérable «Chicago Tribune», daté de 2002, narrant les risques de «faillite» de la compagnie aérienne est soudainement remonté à la surface. L'article, depuis supprimé, traîne encore dans le cache Google. Selon toute vraisemblance, il s'agirait d'une erreur de manipulation du site du «Sun-Sentinel», appartenant au même groupe que le journal de Chicago.

Tribune Co. charge Google


Les archives de deux journaux étant partagées, le «Sun-Sentinel» semble avoir republié l'article catastrophe par erreur. Le groupe Tribune Co. conteste cette version et charge Google. Selon le groupe de médias, c'est un «bot» (robot) de Google qui aurait fait resurgir l'article sur Google News lui attribuant la date du 6 septembre 2008.

Peu importe, finalement, la manière dont cet article est réapparu. C'est la faille du système qui retient l'intérêt: présent sur Google News, l'article de 2002 est devenu de facto une info chaude. Un employé de la société Income Securities, qui publie une newsletter éco, tombe ainsi sur l'article en tapant une requête de routine sur Google, «bankruptcy 2008» (faillite 2008). La news est naturellement incorporée à sa revue de presse.

En 5 minutes, le cours s’effondre

La newsletter est envoyée à 9h53, heure de Chicago. Quelques instants plus tard, l’information est reprise en quelques mots sur le fil de l'agence Bloomberg, en vertu de la collaboration avec Income Securities. La nouvelle - colossale - désespère les téléscripteurs des investisseurs américains. 12$ à 9h55. 3$ à 10h. En cinq minutes, le bug médiatique fait perdre 76% à l'action d'UAL.

A 10h07, la bourse de New-York est obligée de suspendre le cours de l'action de l'avionneur américain. Par la suite, les cours remontent très vite et UAL finit la journée à 11$ l'action. La morale est sauve mais les agences américaines vont devoir revoir leur système de publication. La semaine dernière, Bloomberg avait déjà défrayé la chronique en publiant, par accident, une nécrologie du patron d’Apple, Steve Jobs.

Mots-clés :

  • Aucun mot-clé