Bordeaux: Nouvelle manifestation devant l'usine Ford dans l'attente d'une relance de l'activité

EMPLOI Les salariés souhaitent une étude de faisabilité pour la fabrication d'une nouvelle boîte de vitesses, une activité décisive pour la pérennité de l'entreprise...

Elsa Provenzano

— 

Philippe Poutou au milieu des ouvriers, le 9 mars 2017 à Blanquefort.

Philippe Poutou au milieu des ouvriers, le 9 mars 2017 à Blanquefort. — J.Laloye/20minutes

  • Un comité de suivi décisif pour l'avenir du site girondin de Ford FAI tarde à s'organiser. 
  • La CGT emmenée par Philippe Poutou multiplie les actions pour que Ford sorte de son silence. 
  • L'annonce d'une nouvelle activité de production de boîtes de vitesses automatiques est vitale pour l'usine girondine. 

Mercredi en début d’après-midi un rassemblement de salariés a eu lieu en réaction à l’installation d’une barrière entre les usines Ford Aquitaine Industries (FAI) et Getrag Ford Transmissions (GFT), sur le site de Blanquefort en Gironde, alors qu’elles sont censées coopérer. L’intersyndicale interprète cette séparation comme un mauvais signal envoyé par Ford concernant l’avenir du site girondin.

>> A lire aussi : Gironde: Lutte contre les cambriolages, dossier Ford… Les priorités du nouveau préfet

« On se demande si le groupe ne joue pas la montre »

Ce rassemblement a aussi été l’occasion d’interpeller Ford au sujet d’un comité de suivi sur l’avenir de l’usine FAI, annoncé pour le début d’année mais pour lequel aucune date n’a encore été fixée. Ford s’est engagé en mai 2013 à sauvegarder les emplois sur le site (1.000 à ce moment-là) et ce plan court jusqu’en mai 2018. « Devant le silence de Ford, on se demande si le groupe ne joue pas la montre », regrette Philippe Poutou.

>> A lire aussi : Bordeaux: Ford condamné pour ne pas avoir tenu son engagement de maintenir 1.000 emplois à Blanquefort

Lors de ce comité de suivi associant les pouvoirs publics qui ont versé des subventions au groupe pour le maintien d’emplois sur le site, une étude de faisabilité très attendue doit être présentée par Ford. C’est l’intersyndicale qui a soumis ce projet de nouvelle activité au groupe américain. Celui-ci doit déterminer s’il est possible de produire une nouvelle boîte automatique dans l’usine FAI.

>> A lire aussi : Gironde: L'usine Ford de Blanquefort est «jugée compétitive» mais son avenir reste flou

« Tous les indicateurs sont au vert »

« On ne peut pas produire pour produire, commente Fabrice Devanlay, directeur de la communication de Ford France. Il faut bien qu’il y ait une demande ». Il rappelle aussi que c’est Ford Europe qui est décisionnaire dans ce dossier. « Mais on sait que les ventes d’automobiles augmentent en Europe. On peut produire plus et vendre plus, estime Philippe Poutou. Tous les indicateurs sont au vert, le secteur n’est plus en crise comme il y a dix ans. C’est une question de choix ».

Il faudra au moins un an pour mettre en place la nouvelle activité de production si Ford le décide, il y a donc urgence pour l’intersyndicale à ce que la direction de Ford Europe sorte de son silence. FAI est la seule usine de production de boîtes de vitesses du groupe en Europe.

Mots-clés :