Contrôle technique: Vers un nouveau contrôle automobile plus strict, plus long et sans doute plus cher

AUTOMOBILE Le contrôle technique des voitures va être plus pointilleux à partir du 20 mai…

V.V.

— 

Le nombre de points à vérifier lors d'un contrôle technique va augmenter à partir du 20 mai 2018.

Le nombre de points à vérifier lors d'un contrôle technique va augmenter à partir du 20 mai 2018. — MYCHELE DANIAU / AFP

  • Le nombre de points de contrôle sur les véhicules va augmenter.
  • Les contrôleurs devront déterminer la gravité des défaillances.
  • En cas de problème « critique », le véhicule ne devra plus circuler.

En ce début d’année, le téléphone sonne beaucoup dans les organismes chargés du contrôle technique. Et les automobilistes sont nombreux à réclamer un rendez-vous pour le mois d’avril. Histoire d’éviter la nouvelle version du contrôle qui entrera en vigueur le 20 mai. Sous l’impulsion de l’Europe, la France va en effet durcir le contrôle de tous les véhicules. 20 Minutes lève le voile sur ce qui vous attend…

>> Vaccins, Smic, Carburants... Tout ce qui a changé au 1er janvier

  • Le contrôle va être plus pointilleux

Aujourd’hui, le spécialiste vérifie 123 points spécifiques sur votre voiture. Il y en aura au moins 8 de plus à observer à partir du 20 mai. Et peut-être davantage. « Les discussions sont toujours en cours à ce propos, indique le Conseil national des professions automobiles (CNPA). Lors de la dernière réunion, le 30 décembre, trois nouveaux points de contrôle ont été ajoutés à la liste. »

  • Les résultats : favorable, défavorable ou critique

La grosse révolution à venir figurera dans les résultats du contrôle. Jusqu’ici, l’organisme peut donner un avis favorable ou défavorable. Dans le premier cas, pas de problème. Dans le second, l’automobiliste dispose de deux mois pour effectuer les réparations nécessaires et passer une contre-visite.

>> Le contrôle technique devient obligatoire sur l'île d'Ouessant

Mais, à partir du 20 mai, les organismes pourront également émettre un avis « critique » s’ils observent par exemple l’absence de liquide de frein, de plancher ou la mauvaise fixation des roues. L’automobiliste disposera également d’un délai de deux mois pour faire les travaux et effectuer une contre-visite sauf qu’il ne pourra plus circuler avec le véhicule incriminé. « Il aura alors l’autorisation de rouler pendant 24 heures pour pouvoir rentrer chez lui après le contrôle mais, au-delà de ce délai, il ne pourra circuler que pour se rendre au garage faire les travaux », indique encore le CNPA.

  • Le contrôle technique va être plus long et sans doute plus cher

La hausse du nombre de points à vérifier va forcément allonger la durée du contrôle technique, prédit le CNPA. Ce qui pourrait donc augmenter la facture au final (65 euros en moyenne à l’heure actuelle). D’autant que pour pouvoir travailler dans un organisme agréé, les autorités exigeront désormais aux spécialistes auto de disposer du baccalauréat alors que jusqu’à présent un BEP ou un CEP suffisait.

L’amende en cas de défaillance, elle, ne devrait pas évoluer. Elle est fixée à 135 euros. Avec cette directive votée il y a quatre ans, l’Europe souhaite améliorer la sécurité routière. On estime à environ 5 morts par jour sur les routes dans toute l’Union dues aux défaillances mécaniques. En France, 25 millions de contrôles techniques sont effectués chaque année.