Combien de suppressions d'emplois et de fermetures de magasins chez Pimkie?

SOCIAL 200 à 250 emplois pourraient être supprimmés et 80 magasins fermés...

M.B. avec AFP

— 

Un magasin Pimkie à Thiais dans le Val-de-Marne.

Un magasin Pimkie à Thiais dans le Val-de-Marne. — Yann Bohac/SIPA

« C’est un Noël gâché pour les salariés ». Aux Echos, Valérie Pringuez, déléguée CGT et secrétaire du comité d’entreprise (CE) de Pimkie France ne mâche pas ses mots. La chaîne de prêt-à-porter féminin (groupe Mulliez) doit présenter le 8 janvier aux salariés un projet de suppressions de postes, via des ruptures conventionnelles collectives, selon les syndicats.

>> A lire aussi: Que va changer la «rupture conventionnelle collective»?

Permises par la réforme du Code du Travail, ces ruptures de contrat amiables en nombre nécessitent un accord majoritaire avec les syndicats. Il s’agit d’une forme de plan de départs volontaires hors du cadre d’un plan social.

Les salariés « vont payer plein pot »

« Ils nous ont annoncés le 19 décembre en comité d’entreprise leur volonté de signer un accord de ruptures conventionnelles collectives », a indiqué Valérie Pringuez. Contactée par l’AFP, la direction de Pimkie n’a pu être jointe. « Aujourd’hui, il n’est pas imaginable que la CGT signe », a ajouté Valérie Pringuez, précisant que les négociations dureront un mois à compter de la présentation du projet en Comité central d’entreprise le 8 janvier.

Pour sa collègue Maley Upravan (FO), la direction entend « s’éviter plein de contraintes » (de reclassement notamment) en supprimant des postes via des ruptures conventionnelles collectives. Si le projet aboutit, les salariés « vont payer des impôts plein pot sur leurs indemnités », a-t-elle dénoncé.

« Un vent de panique » parmi les salariés

Cette « annonce de procédure sans dire qui va être touché » a créé « un vent de panique » parmi les salariés, affirme Valérie Pringuez. Le chiffre officieux de 200 à 250 suppressions de postes au siège en France, basé à Neuville-en-Ferrain (Nord), circule selon Les Echos. Pimkie compte 1.900 salariés en France.

Selon la secrétaire du CE, des groupes de travail, associant depuis plusieurs semaines les salariés à l’élaboration du plan de redressement de l’enseigne déficitaire, ont proposé la fermeture en 2018 de 81 magasins dont 20 en France, puis 40 autres en 2019 en Allemagne, « pays le plus touché ». Pimkie international va finir l’année avec « un trou de 45 millions d’euros », dont « plus d’1 million pour la France », déficitaire pour « la première année », d’après Maley Upravan (FO).

Pimkie compte plus de 700 magasins dans 30 pays et emploie environ 5.200 salariés, selon le site internet de l’enseigne.