Budget contre les violences faites aux femmes: Le gouvernement triche-t-il avec les chiffres?

FAKE OFF Plusieurs féministes dénoncent le manque de moyens alloués à cette cause…

Nicolas Raffin

— 

Marlène Schiappa en visite dans un centre d'appel dédié aux victimes de violences , le 25 novembre 2017.

Marlène Schiappa en visite dans un centre d'appel dédié aux victimes de violences , le 25 novembre 2017. — Tristan Reynaud/SIPA

  • L’ensemble des moyens alloués à l’égalité entre hommes et femmes atteindra 420 millions d’euros en 2018.
  • Plusieurs militantes féministes dénoncent des moyens trop faibles pour lutter contre les violences.
  • L’entourage de Marlène Schiappa conteste ce calcul.

Des chiffres en pagaille et des interprétations divergentes. Depuis le discours d’Emmanuel Macron contre les violences faites aux femmes, une querelle est née autour des moyens alloués à cette « grande cause » du quinquennat, portée notamment par la secrétaire d’État, Marlène Schiappa.

Quels sont les arguments ? D’un côté, le président de la République affirme que le budget du secrétariat d’État dédié à l’égalité femmes-hommes « atteindra son plus haut niveau en 2018 ». De l’autre, plusieurs féministes, et notamment Caroline de Haas, jugent qu’il s’agit d’un « tour de passe-passe » et affirment que le budget consacré à la lutte contre les violences faites aux femmes ne représente que 15 % du budget total consacré à l’égalité femmes-hommes.

Un budget mais plusieurs objectifs

Alors, qui dit vrai ? Le document mis en ligne par les militant(e) s féministes laisse entendre que le gouvernement s’était engagé à mettre 400 millions d’euros par an « contre les violences ». Or, ce n’est pas ce que dit Emmanuel Macron dans son discours.

>> Emmanuel Macron attendu au tournant sur l'égalité hommes-femmes

Samedi, le chef de l’État a rappelé que cette somme (423 millions d’euros exactement) correspondait au « budget interministériel dédié à l’égalité entre les femmes et les hommes ». Ce budget - détaillé ici - finance donc de nombreuses politiques, comme l’accès des femmes aux pratiques sportives ou encore l’amélioration de leur insertion professionnelle.

Où ranger les dépenses ?

L’autre angle d’attaque correspond à la faible part allouée à la lutte contre les violences faites aux femmes. Selon le décompte opéré par le groupe de militants, seuls 65 millions d’euros (soit 15 % du total) y seront spécifiquement dédiés en 2018. Un montant jugé très faible par Caroline de Haas, qui souligne que le gouvernement en a pourtant fait « un pilier » de sa politique.

Interrogé sur ce point par 20 Minutes, l’entourage de Marlène Schiappa réfute le calcul, rappelant que plusieurs engagements, comme « la meilleure prise en charge par l’État des soins psycho-trauma pour des victimes de viol », ne sont pas encore chiffrés. Par ailleurs, son cabinet souligne qu’il est difficile de compter précisément les dépenses liées à la lutte contre les violences : « Former les professionnels des crèches à la lutte contre les stéréotypes, ce n’est pas directement de la prise en charge des victimes de violences. Pourtant, cela contribue à réduire drastiquement les violences » nous explique-t-on.

Un budget sous surveillance

Reste une dernière question : le budget 2018 du Secrétariat d’État à l’égalité femmes-hommes – 30 millions d’euros - sera-t-il entièrement exécuté l’année prochaine ? En 2016 et 2017, une partie n’était soit pas dépensée, soit supprimée par décret.

Le nouveau gouvernement s’est engagé à « sanctuariser » ce budget : pour savoir si la promesse a été tenue, rendez-vous fin 2018…