A partir de 2018, le ministère du Travail ne publiera plus les chiffres mensuels du chômage

STATISTIQUES L'évolution du nombre demandeurs d'emplois ne sera dévoilée qu'une fois par trimestre...

N.R. avec AFP

— 

Muriel Pénicaud à l'Elysée, le 4 octobre 2017.

Muriel Pénicaud à l'Elysée, le 4 octobre 2017. — PDN/SIPA

C’est une demi-surprise. Pôle emploi et le ministère du Travail ont annoncé ce jeudi une réforme de la publication des chiffres du chômage. A partir de 2018, la Dares (service statistique du ministère) communiquera sur le nombre de demandeurs d’emplois une fois par trimestre, contre une fois par mois actuellement.

Dès son arrivée rue de Grenelle, la ministre du Travail Muriel Pénicaud avait décidé de ne plus commenter les chiffres mensuels. Elle estime, comme de nombreux spécialistes, que les variations de mois en mois pouvaient être affectées « par différents événements de nature administrative » et qu’une approche sur trois mois est plus pertinente.

>> Lire aussi : 14% des chômeurs contrôlés ont été radiés

Une question d’affichage ?

Si on regarde l’année 2016, la Dares note par exemple qu’il y a eu cinq mois de « hausse » et sept mois de « baisse » du nombre d’inscrits en catégorie A. Au contraire, s’il y avait eu une publication trimestrielle, l’année se serait soldée par quatre trimestres de baisse. Dans les deux cas, les chiffres sont « vrais », mais pour 2016, une présentation par trimestre aurait été plus avantageuse en termes de communication politique…

>> Lire aussi : L’assurance-chômage «universelle» de Macron moins généreuse que prévu?

Les ruptures conventionnelles apparaitront clairement

Les accro aux chiffres du chômage peuvent néanmoins se rassurer : les statistiques mensuelles de Pôle emploi seront toujours mises en ligne sur le site du ministère, mais sans publication d’un document spécifique, qui était ensuite envoyé aux médias.

Pour 2018, la première publication « officielle » du nombre de demandeurs d’emploi aura donc lieu… le 25 avril, et concernera le premier trimestre de l’année. La nouvelle formule fera par ailleurs apparaître chaque trimestre le nombre de personnes inscrites à Pôle emploi suite à une rupture conventionnelle, dispositif créé en 2008 qui permet au salarié et à son employeur de rompre un CDI d’un commun accord.