Strasbourg: Après son 2e anniversaire, la monnaie locale du Stück veut faire péter les plafonds

ECONOMIE REELLE A Strasbourg, la monnaie locale du Stück a fêté ses deux ans en octobre après avoir dépassé les 2.000 adhésions, mais elle vise plus grand, avec l'agrandissement du réseau et le numérique...

Bruno Poussard

— 

Billets. Le Stück, monnaie locale complémentaire à Strasbourg le 25 09 2015

Billets. Le Stück, monnaie locale complémentaire à Strasbourg le 25 09 2015 — G. Varela / 20 Minutes

  • A Strasbourg, la monnaie locale complémentaire du Stück a fêté ses deux ans en octobre.
  • Elle compte environ 1.500 utilisateurs à l'heure actuelle et 200 professionnels les acceptant.
  • Son réseau est en pleine croissance, mais l'association vise encore plus haut, via le numérique ou les services publics, à l'avenir.

Aller chez un médecin ou un kiné, appeler un plombier ou un électricien, réparer son vélo, contacter un expert-comptable ou un graphiste, se faire un soin beauté, aller à l’escalade, tout ça est désormais possible en Stück.

Tandis qu’elle vient de fêter ses deux ans en octobre, la monnaie locale complémentaire du bassin strasbourgeois continue de se déployer. Dans des domaines toujours plus variés auprès de plus de 200 professionnels. Et sur un territoire de plus en plus grand, dans tout le Bas-Rhin.

>> A lire aussi : Strasbourg: Ils expérimentent les «Stücks» pour dynamiser l'économie locale

Un lancement en octobre 2015, 2.000 adhésions depuis

Si l’initiative jouit d’une belle petite notoriété, elle n’est toutefois pas si répandue, à l’heure actuelle. Depuis le début, 2.000 adhésions ont été enregistrées, mais 1 500 personnes en seraient utilisateurs aujourd’hui. « C’est conforme à nos attentes, par rapport aux autres monnaies locales », reprend Etienne Bachelart, du comité de pilotage.

Afin d’améliorer la circulation du Stück – visant à promouvoir l’économie réelle et les circuits locaux sans supplanter totalement l’Euro –, l’association qui dispose désormais de 18 bureaux de vente veut néanmoins augmenter le nombre de commerçants l’acceptant. Etienne Bachelart justifie :

« Car ils peuvent commercer entre eux et en parler à leur réseau. Ça se diversifie bien. L’alimentaire fonctionne toujours, et on est en croissance sur le vestimentaire ou l’hébergement. »

Avec le réseau des monnaies locales complémentaires et citoyennes, le Stück travaille également sur le développement du numérique, en vue de paiements sécurisés par smartphones ou virements. Et pour toucher encore plus largement, l’association espère aussi que le ministère des Finances permettra le paiement en monnaie locale de services publics (comme les piscines), déjà autorisé par la loi.

Des perspectives de croissance

Pour plus tard, un groupe de travail réfléchit également à l’expansion en Allemagne (en suivant l’exemple de la monnaie transfrontalière de Genève, le Léman), pensée dès le départ. Après deux années « d’expérimentation et d’ajustement » d’un nouveau modèle dixit Etienne Bachelart, bénévole, le Stück veut donc s’ouvrir à de nouveaux publics.

Elle compte déjà plusieurs partenariats dans cette idée, comme le centre socio-culturel de Neudorf, autour d’ateliers d’éducation populaire. Afin d’encourager, toujours, les pratiques vertueuses, la tour Elithis versera pour sa part une prime de bonne conduite à ses habitants en Stück. Et au marché OFF de Strasbourg, le Stück promet encore de faire parler de lui cette année.