C’est une prise de position qui a de quoi surprendre. Pointant les inégalités croissantes dans la répartition des richesses, le Fonds monétaire international (FMI) a déclaré ce mercredi qu’il fallait davantage taxer les plus fortunés pour favoriser la croissance.

« La plupart des pays développés ont été le théâtre d’un creusement notable des inégalités de revenus principalement causé par l’augmentation des revenus de marché du 1 % des plus riches », notent les experts du FMI dans la dernière édition du « Moniteur des finances publiques » dévoilée mercredi.

« Une hausse des taux d’imposition les plus élevés ne ferait pas de mal à la croissance »

L’institution monétaire, dirigée par Christine Lagarde, a donc lancé « un ferme avertissement aux dirigeants politiques. En réduisant les impôts des riches, les gouvernements risquent de saper la croissance économique ».

>> A lire aussi : Le FMI prévoit un rebond de l'économie mondiale, sauf aux Etats-Unis

La présidente du FMI a toutefois assuré que cette proposition s’adressait principalement aux économies avancées, qui ont réduit les impôts sur les plus riches et sur les sociétés ces dernières années. Dans ces pays, « une hausse des taux d’imposition les plus élevés ne ferait pas de mal à la croissance », a-t-elle précisé.