VIDEO. Combien gagnent les Français? L’Insee lève le voile sur les salaires du privé

ARGENT Les disparités entre les femmes et les hommes sont toujours présentes…

Nicolas Raffin

— 

Une machine à sous prise le 6 février 2001 au casino de Saint-Aubin-sur-Mer, le plus petit casino de la côte normande.

Une machine à sous prise le 6 février 2001 au casino de Saint-Aubin-sur-Mer, le plus petit casino de la côte normande. — MICHELE DANIAU / AFP

  • En 2015, le salaire net moyen s’élevait à 2250 euros par mois.
  • Le salaire médian est lui de 1797 euros mensuels.
  • Les inégalités de salaires entre femmes et hommes persistent.

L’Insee dévoile ce jeudi une étude sur l’évolution des salaires dans le secteur privé. En 2015 (dernière année prise en compte), un salarié de ce secteur gagnait en moyenne 2250 euros nets par mois, ce qui représente une hausse de 1,1 % par rapport à 2014.

Principaux bénéficiaires : les cadres (+1,2 %) et les ouvriers (+1,1 %). Les premiers affichent un salaire net moyen de 4141 euros, tandis que les seconds gagnent en moyenne 1717 euros par mois. Ces chiffres sont cependant à relativiser, car la moyenne ne permet pas de se rendre compte de la disparité des salaires.

Des inégalités qui augmentent

Pour cela, il faut regarder le salaire médian, qui sépare les salariés en deux groupes égaux : ainsi selon l’Insee, 50 % des travailleurs du privé gagnaient moins de 1797 euros nets par mois en 2015. Les 10 % des salariés les plus précaires gagnent moins de 1213 euros net mensuels (voir graphique). De l’autre côté, les 10 % les mieux rémunérés touchent plus de 3646 nets par mois. Et tout en haut de la pyramide, 1 % des salariés du privé perçoivent plus de 8283 euros mensuels.

La répartition des salaires par tranche de population ou déciles. (Ex: le D1 correspond aux 10% des Français les moins bien payés).
La répartition des salaires par tranche de population ou déciles. (Ex: le D1 correspond aux 10% des Français les moins bien payés). - Insee

L’Insee note également que les hauts salaires augmentent plus vite que les basses rémunérations. Conséquence logique : les inégalités se creusent. Les 10 % des salariés du privé les plus aisés ont ainsi un salaire mensuel trois fois supérieur aux 10 % les plus pauvres.

Des écarts de salaires hommes-femmes toujours présents

Autre inégalité persistante :l’écart de rémunération entre les hommes et les femmes, même s’il se réduit très lentement depuis 2008 (voir graphique ci-dessous). En moyenne, les salariées touchent 18,4 % de moins que leurs collègues masculins. Là encore, de fortes disparités existent suivant les niveaux de rémunération.

L'écart de salaire entre les hommes et les femmes se réduit depuis 2008.
L'écart de salaire entre les hommes et les femmes se réduit depuis 2008. - Insee

L’Insee note que plus les salaires sont élevés, plus les écarts sont grands. Ainsi, l’écart de salaire femmes-hommes n’est que de 7,2 % pour la tranche de salaire la plus basse, alors qu’il grimpe à 21,1 % pour les hauts revenus.

>> Lire aussi : « Une femme qui négocie son salaire est vue comme une opportuniste »