La Chine déclare la guerre au bitcoin

ECONOMIE Pékin a ordonné la fermeture des plateformes où s'échangent la monnaie virtuelle...

20 Minutes avec AFP

— 

Des jetons de 1 bitcoin (illustration).

Des jetons de 1 bitcoin (illustration). — Rick Bowmer/AP/SIPA

Le bitcoin semble vivre ses derniers jours en Chine. Les régulateurs bancaires à Pékin et Shanghai ont en effet ordonné la fermeture des plateformes où s’échangent les monnaies cryptographiques, selon un média d’Etat mardi.

>> A lire aussi : Et si les monnaies virtuelles n’achetaient pas que du vent?

L’antenne de la banque centrale chinoise (PBOC) à Pékin a sommé les plateformes de « monnaies virtuelles » basées dans la capitale de présenter d’ici le 20 septembre « leurs plans détaillés pour sortir du marché » des devises électroniques, a rapporté l’agence Chine nouvelle. Les régulateurs basés à Shanghai ont pris des mesures similaires, ajoute-t-elle, invoquant « la lutte contre les risques financiers ».

Reprendre le contrôle

De fait, plusieurs grandes plateformes chinoises avaient annoncé ces derniers jours qu’elles se préparaient à interrompre leurs échanges, et ce dès fin septembre dans le cas de BTC China.

Pékin entend ainsi reprendre la main sur l’essor foisonnant de cryptomonnaies, ces unités créées à partir de la technologie du « blockchain » et qui s’échangent en ligne sans être régulées par aucun pays.

Les plateformes d’échanges de crypto-monnaies « n’ont aucun fondement légal », a averti l’Association nationale de finance internet (NIFA), accusant les « monnaies virtuelles » d’être « l’instrument d’activités criminelles » dont « le trafic de drogues et le blanchiment d’argent ». Dès le lendemain, la plateforme shanghaïenne BTC China annonçait interrompre tous les échanges sur son site au 30 septembre. Huobi et OKCoin, deux autres grandes plateformes chinoises, lui emboîtaient le pas vendredi.

Chute du cours de 30 %

Les échanges du bitcoin en Chine reflètent le désarroi des investisseurs : sur BTC China, le bitcoin s’échangeait à 24.900 yuans, chutant de plus de 20 % depuis un sommet à 32.500 yuans le 2 septembre. Le volume des échanges s’est effondré. De même, la débâcle n’a pas épargné le cours du bitcoin en dollars, qui a lâché jusqu’à quelque 30 % sur la première quinzaine de septembre.

Les durcissements réglementaires chinois tendent à faire boire la tasse aux cours mondiaux car les deux principales plateformes fonctionnant en yuans (BTC China et Okcoin) représentaient début septembre environ 22 % des échanges mondiaux de bitcoins.

Mots-clés :