75,5 % des Français ont participé aux soldes d’été. Selon un sondage Toluna pour le magazine LSA, ce chiffre marque un recul de 1,3 point par rapport à l’an dernier, mais il est bien moindre que ce qui avait été anticipé (-4,4 points).

>> A lire aussi : VIDEO. Les soldes d’été vont-ils (encore) faire pschitt?

« Les commerçants ressortent globalement satisfaits »

« Le pire a été évité. Les fortes remises proposées [souvent 50 à 70 % dès la première semaine], la canicule qui a favorisé les ventes de vêtements légers et de chaussures ouvertes, les opérations spéciales en ligne (dont l’Amazon Prime Day) ont réussi à renouveler l’intérêt des consommateurs », analyse Philippe Guilbert, directeur général de Toluna.

En d’autres termes, après un démarrage poussif, le beau temps et les touristes ont sauvé les soldes d’été, qui se terminent demain, mardi, sur un bilan mitigé alors que la période suscite moins d’enthousiasme qu’autrefois.

>> A lire aussi : La météo clémente dope l'ouverture des soldes

« Les commerçants ressortent globalement satisfaits. C’est d’autant plus notable qu’il y avait de grosses craintes vu que la période avait plutôt mal commencé », note Yves Marin, expert distribution chez Wavestone.

Habillement, sport, hygiène-beauté et high-tech

En effet, à l’issue du premier jour, le bilan apparaissait inquiétant, avec 15 % de ventes en moins et une fréquentation en recul de 7,6 points. Cause de cette désaffection, les ventes privées d’avant-soldes, auxquelles 23,4 % des Français ont participé cette année, et qui « ont fait disparaître la traditionnelle ruée du mercredi d’ouverture », selon Philippe Guilbert.

Toutefois, la tendance s’est ensuite améliorée lors du premier week-end et début juillet, grâce à l’arrivée de températures estivales. Et comme chaque année, les Français ont cherché les bonnes affaires, principalement dans l’habillement (73 % des acheteurs), le sport (32,9 %), l’hygiène-beauté (20,4 %), la high-tech (15,7 %) et la maison/déco (14,9 %).

Internet a tiré son épingle du jeu

Tout le monde n’en a cependant pas profité équitablement. Si les centres commerciaux, les grandes enseignes et les grosses agglomérations s’en sont sortis plutôt bien, les villes moyennes et les commerces indépendants font en revanche grise mine.

Internet a tiré, lui, son épingle du jeu : le site d’études spécialisé Eulerian Technologies a constaté une hausse de la fréquentation sur 14,72 % des sites français, tandis que son homologue Webloyalty a noté une progression de 10 % des commandes.

Mots-clés :