Bruno Le Maire à Wall Street: «N'ayez plus d'inquiétudes sur le droit du travail français»

ECONOMIE Le ministre français de l’Economie, en visite à New York, veut « arracher des décisions aux institutions financières américaines »…

20 Minutes avec AFP

— 

Bruno Le Maire parle aux médias après l'inauguration d'une boulangerie Maison Kayser à New York, le 28 juin 2017.

Bruno Le Maire parle aux médias après l'inauguration d'une boulangerie Maison Kayser à New York, le 28 juin 2017. — EDUARDO MUNOZ ALVAREZ / AFP

Aux dirigeants américains, « je vais leur dire "voilà, la France a changé, elle vous accueille, n’ayez plus d’inquiétudes sur le droit du travail français, n’ayez plus d’inquiétudes sur l’instabilité fiscale française" », annonce Bruno Le Maire, déroulant le programme de son voyage à New York.

>> A lire aussi : Bruno Le Maire annonce qu'il va tailler dans les dépenses publiques

Le ministre français de l’Economie, qui a entamé mercredi une visite au cours de laquelle il rencontrera le gotha de Wall Street, a expliqué vouloir « arracher des décisions aux institutions financières américaines et leur dire "vous êtes les bienvenues en France" ». « La finance, c’est près de 800.000 emplois en France et il y a des possibilités de développement qui se chiffrent en milliers d’emplois pour notre pays. Il faut foncer », a justifié Bruno Le Maire.

« L’ennemi, ce n’est pas la finance »

« Je vais leur dire très simplement qu’à nos yeux, l’ennemi ce n’est pas la finance, l’ennemi c’est le chômage, et nous allons tout faire pour faire revenir de la richesse, des investissements, des emplois en France », a ajouté le ministre en marge de l’inauguration d’une nouvelle boutique de la chaîne de boulangeries française Maison Kayser sur la très chic 5e Avenue, à deux rues de l’Empire State Building.

>> A lire aussi : Impôt sur les sociétés, CSG, déficit… Bruno Le Maire détaille sa feuille de route à Bercy

Vont s’enchaîner des entretiens avec les voix parmi les plus influentes des milieux d’affaires américains, notamment dès mercredi soir un entretien avec Larry Fink, le PDG de BlackRock, fonds présent au capital de nombreux grands groupes américains (McDonald’s, Apple…) et étrangers (BNP Paribas…).

Dîner « attractivité de la France »

Le ministre français prendra également part à un dîner organisé sous le thème « attractivité de la France », avec Kenneth Jacobs, le patron de la banque Lazard, et le financier américain John Paulson, dont le fonds éponyme est au capital de différentes entreprises.

John Paulson fait partie d’une catégorie d’investisseurs baptisés « activistes », dont l’émergence et la montée en puissance ces dernières années ont bousculé les traditions dans les conseils d’administration et fait de la rémunération des actionnaires la priorité des entreprises. Dan Loeb, un de ces « activistes », vient d’entrer au capital de Nestlé à qui il a demandé dimanche de céder sa participation dans le géant des cosmétiques français L’Oréal.

Paris veut accueillir les grandes banques qui fuient le Brexit

Jeudi, Bruno Le Maire doit rencontrer tour à tour des dirigeants de trois des six grandes banques américaines (JPMorgan, Morgan Stanley et Citigroup), dont Jamie Dimon. Un rendez-vous est également prévu avec Henry Kravis, le co-patron du puissant fonds d’investissement KKR.

Le Brexit devrait être au centre de ces quatre rendez-vous, car Paris voudrait devenir un grand centre financier en récupérant les activités que les grandes banques doivent déménager de Londres vers le continent dans le cadre du divorce entre l’Union européenne et le Royaume-Uni.

La France espère que l’élection d’Emmanuel Macron, ancien banquier d’affaires ayant promis des réformes structurelles dont celle du travail, est un argument de poids pour l’emporter face à Francfort, Luxembourg et Dublin. Paris accuse du retard, certaines banques ayant déjà opté pour d’autres villes. JPMorgan Chase, qui emploie 16.000 personnes au Royaume-Uni et prévoit d’en transférer 4.000 vers l’UE, a choisi Dublin, Francfort et Luxembourg.