Economies d'énergie: «Stopper la "veille cachée" des appareils high-tech, peut faire économiser 86 euros par an»

INTERVIEW Bela Loto Hiffler, auteur de « Les Eco-gestes informatiques au quotidien », démontre que le numérique est loin d’être neutre sur l’environnement…

Nicolas Raffin

— 

Bela Loto Hiffler prévoit aussi de former les collégiens et les lycéens à la connaissance de l'éco-système numérique (composants des ordinateurs, recyclage, etc...)

Bela Loto Hiffler prévoit aussi de former les collégiens et les lycéens à la connaissance de l'éco-système numérique (composants des ordinateurs, recyclage, etc...) — Nicolas Raffin/20 Minutes

Saviez-vous qu’une box Internet consommait autant qu’un petit réfrigérateur ? Si l’on prend en compte sa consommation moyenne annuelle, ce terminal coûte entre 20 et 30 euros d’électricité par an… ce qui équivaut parfois au prix de l’abonnement mensuel souscrit. C’est l’un des nombreux enseignements contenus dans l’ouvrage intitulé Les Eco-gestes informatiques au quotidien, présenté ce jeudi par l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe). Son auteure, Bela Loto Hiffler, y donne de nombreux conseils pratiques pour réduire la consommation liée aux équipements numériques, qu’on soit au bureau où à la maison. Pour 20 Minutes, elle livre quelques-unes de ses techniques.

Vous organisez des formations pour changer les comportements des salariés dans les bureaux. Quelles sont les idées reçues les plus récurrentes ?

Une idée qui revient souvent, c’est de croire que les « économiseurs d’écrans » (ou écran de veille) permettent de diminuer la consommation d’électricité. C’est complètement faux : ça demande autant d’énergie que si l’écran était allumé. Autre idée tenace : il ne faudrait jamais imprimer de documents. Là encore, tout va dépendre de la situation. Si le temps de lecture du document dépasse 4 minutes, c’est mieux de l’imprimer car vous consommerez moins.

Comment convaincre les gens qui n’ont pas forcément la fibre écolo de faire attention ?

Quand c’est comme ça, je change de tactique et je parle argent. Je leur dis : « je viens chez vous avec mon wattmètre [appareil mesurant la puissance électrique] et je vous montre où vous pouvez faire des économies ».

Par exemple, est-ce que les gens laissent leur robinet ouvert quand ils quittent leur logement ? Non. Par contre, on ne pense pas à débrancher les appareils électriques qu’on n’utilise pas. Dès qu’un ordinateur est relié à une prise électrique, même s’il est éteint, il consomme : c’est ce qu’on appelle la « veille cachée ». Si on enlève toute cette « veille » des appareils high-tech (hors appareils de cuisine), on peut économiser 86 euros par an.

Vous donnez beaucoup de conseils dans votre livre, mais est-ce que vous les appliquez à vous-même ?

Oui. J’ai été mon propre cobaye et j’ai revu tous mes comportements. Depuis six mois, j’éteins ma box dès que je me couche ou que je pars de chez moi. Si elle met un peu de temps à se rallumer le matin, j’en profite pour me faire un café. C’est une habitude à prendre.

J’entretiens aussi régulièrement mon ordinateur portable, surtout le système d’exploitation. J’ai le même depuis huit ans. Tous les mois d’août, je le « nettoie » (nettoyage du disque dur, défragmentation, mises à jour…), je le régénère. Ce n’est pas parce qu’un ordinateur est lent qu’il faut le changer, parfois une mise à jour suffit. C’est pour cela que mon livre contient un « carnet d’entretien » pour ordinateur [qui sera disponible gratuitement en téléchargement], un peu comme celui d’une voiture.

*Les Ecogestes informatiques au quotidien, Ademe, juin 2017 (10 euros)