RSA, APL, Smic, retraites... Ce que propose Emmanuel Macron pour les plus modestes

PROGRAMME Le nouveau président ne prévoit pas de révolution sur ce sujet…

Nicolas Raffin

— 

Lille, le 22 octobre 2012. Illustration sur la Caisse d'Allocations Familiales (CAF).

Lille, le 22 octobre 2012. Illustration sur la Caisse d'Allocations Familiales (CAF). — M.LIBERT/20 MINUTES

  • Emmanuel Macron veut unifier le versement de certaines prestations sociales
  • Son programme prévoit une augmentation du Smic net d’environ 100 euros
  • Mais l’Observatoire des inégalités estime que toute une catégorie de la population est oubliée

Déjà attaqué via les MacronLeaks, Emmanuel Macron doit faire face à une nouvelle rumeur, propagée sur les réseaux sociaux. Elle accuse le représentant d’En marche ! de vouloir supprimer les APL.

>> Lire aussi: Comment une « fake news » se fabrique-t-elle ?

Cette affirmation vient d’une phrase de Marine Le Pen prononcée lors du débat. « Vous avez indiqué que nous n’allons pas continuer de financer l’APL pour 20 millions de foyers. Moi je propose au contraire de les augmenter » avait-elle lancé à son opposant. L’équipe d’Emmanuel Macron avait vite démenti via un tweet, mais le Huffington Post a remarqué que la fausse nouvelle continuait de se propager. Au-delà de cet exemple, que prévoit vraiment le programme du président élu pour les plus modestes ? 20 Minutes fait le point.

Les aides personnalisées au logement (APL) : vers une automaticité

Partant du constat « de la complexité des minimas sociaux », Emmanuel Macron veut créer un « versement social unique et automatique ». Une fois les revenus du foyer étudiés par l’organisme compétent, les différentes prestations (APL, RSA, prime d’activité) seraient versées le même jour, en début de mois. Le premier versement devrait intervenir au maximum 3 mois après le dépôt du dossier.

Le revenu de solidarité active (RSA) : améliorer la couverture

Concernant le RSA socle, qui s’adresse majoritairement aux personnes de plus de 25 ans sans aucun revenu, Emmanuel Macron entend « lutter contre le non-recours ». Si fin 2016, 1,84 million de personnes touchaient ce minima, environ 1/3 de ceux qui y auraient droit ne le réclameraient pas. Comme expliqué précédemment, le nouveau chef de l’Etat veut rendre le versement de cette prestation automatique et la grouper avec les APL.

>> Lire aussi : Le RSA augmentera en septembre 2017

Quant à la prime d’activité (qui remplace le RSA activité et la prime pour l’emploi), Emmanuel Macron a promis de l’augmenter de 50 %. Selon le site d’En marche !, l’augmentation moyenne sera de 80 euros et concernera 2,4 millions de foyers, « dont 500.000 familles monoparentales ».

Le Smic : un petit coup de pouce

Pas de mesures directes pour les salariés touchant le Smic, mais une revalorisation indirecte. En effet, en combinant l’augmentation de la prime d’activité (voir paragraphe précédent) avec la suppression des cotisations maladie et chômage, le nouveau président promet « 100 euros net supplémentaires [mensuels] » pour les salariés au Smic. Actuellement, ce dernier représente environ 1150 euros nets par mois.

Les petites retraites : pas de hausse de la contribution sociale généralisée (CSG)

Pour compenser la suppression des cotisations, Emmanuel Macron prévoit une augmentation de la CSG de 1,7 point. Cette hausse touchera tous les salariés, mais aussi 60 % des retraités. Les autres - les retraités touchant moins de 14.375 euros annuels s’ils vivent seuls, ou 22.000 euros en couple – en seront exemptés. Quant au minimum vieillesse, il devrait passer de 800 à 900 euros pour une personne seule.

Et les jeunes alors ?

Pour Louis Maurin, le directeur de l’Observatoire des inégalités, Emmanuel Macron a oublié toute une catégorie de la population dans son programme à destination des plus modestes. « La question, c’est qu’est-ce qu’on fait des jeunes des milieux populaires qui ont entre 18 et 25 ans ? Malgré la création de la garantie jeune, beaucoup restent sur le carreau » note le spécialiste, qui plaide pour une extension du RSA jusqu’à 18 ans.

>> Quel est le bilan de François Hollande sur la jeunesse ?

« Je ne pense pas que le RSA règle tout, mais si cela peut éviter d’être à la rue, c’est déjà ça » conclut Louis Maurin.