Tati, 1.700 salariés, se retrouve en cessation de paiement

ENTREPRISE La direction du groupe a reçu une demi-douzaine de marques d'intérêts pour la reprise de Tati...

20 Minutes avec AFP

— 

L'enseigne Tati est menacée de fermeture (Illustration).

L'enseigne Tati est menacée de fermeture (Illustration). — A. GELEBART / 20 MINUTES

Quel avenir pour l’enseigne de mode à bas prix ? Tati a été déclarée vendredi en cessation de paiement, ouvrant la voie à une procédure de redressement judiciaire, a-t-on appris samedi auprès de la direction.

>> A Paris, «Barbès sans Tati, ce n’est plus Barbès» 

« J’ai déclaré hier la cessation de paiement des sociétés du pôle Agora qui comprend la marque Tati », a déclaré Michel Resseguier, le dirigeant d’Agora Distribution, qui regroupe Tati et les autres enseignes à bas prix du groupe Eram.

Tati, en difficulté depuis plusieurs années, a été mis en vente par son propriétaire, le groupe Eram, en février. L’enseigne emploie plus de 1.700 personnes et exploite 130 magasins.

La direction du groupe a reçu une demi-douzaine de marques d’intérêts pour la reprise de Tati, parmi lesquelles une offre ferme du dirigeant-fondateur de Gifi, spécialisé dans la décoration à petit prix, Philippe Ginestet.

Malgré une stratégie de diversification de son offre et une internationalisation, Tati a enregistré l’an dernier des ventes en recul et un résultat déficitaire, selon Agora Distribution. Fondée en 1948 par Jules Ouaki, Tati avait été reprise par Eram en 2007.

>> A lire aussi: Les sept raisons pour lesquelles des grandes marques de textile françaises vont mal